Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 17:15

Chapitre 1 : Bienvenue dans un pays propre et ordonné

Ce qui frappe quand on sort de l’avion et qui dure jusqu’à la sortie du métro et même du taxi, c’est l’extrême propreté des espaces publics. Non pas que les autres pays d’Asie soient spécialement sales, mais là, on a l’impression qu’un bataillon d’agents de nettoyage sont cachés tous les 10 mètres pour ramasser le moindre papier qui tomberait par terre avant que celui-ci ne touche le sol. D’ailleurs, des panneaux indiquent que vous n’avez pas le droit de jeter des détritus par terre sous peine de forte amende, ni de cracher d’ailleurs. Il est également interdit de fumer dans les espaces publics clos, mais plus surprenant, dans certains endroits à l’extérieur, comme sur certains trottoirs où une ligne jaune sert de démarcation entre fumeurs et non fumeurs et à l’instar de la ligne Maginot qui à défaut de repousser les Allemands a réussi à empêcher le nuage radioactif de Tchernobyl de rentrer en France, immunise les non-fumeurs des nuisances de la fumée.

 

Chapitre 2 : les joies de Couchsurfing

Couchsurfing est une communauté de membres qui tour à tour accueillent ou sont accueillis chez d’autres membres (www.couchsurfing.org). Nous avons déjà utilisé 2 fois ce type d’hébergement. Une nuit sur le bateau de Michel à Paraty puis une semaine aux Galapagos chez Ramiro. Le principal avantage de cet hébergement est économique, et en plus cela permet d’être en contact avec des locaux. Vu le prix des hébergements pourris à Hong-Kong, nous avons décidé d’y tenter le coup. A Hong-Kong, ils n’étaient que 2 à pouvoir accueillir 5 personnes à la fois, et coup de chance, sur les 2, une a accepté de nous recevoir pour 3 nuits. Ce qui est excitant, c’est que même si on peut consulter le profil de son hôte et voir les avis de ses prédécesseurs, on ne sait jamais vraiment à l’avance sur qui on va tomber. Ce coup-ci n’a pas fait exception à la règle. Nous avons rencontré David, notre hôte américain, en bas de son immeuble. D’emblée, il a semblé très froid. Et le premier soir, il n’a pas dû nous dire plus de 3 mots. Autant dire que nous n’étions pas très à l’aise. Enfin, surtout Carole, parce que moi, je considère que s’il nous a invité, c’est que ça ne le gêne pas de recevoir des inconnus. Evidemment, si Louis avait pu éviter de renverser un café au lait au bout de 5 minutes, ça aurait peut-être dégelé l’ambiance plus vite. L’appartement en tout cas est top, avec 2 chambres et une salle de bain pour nous et surtout une magnifique vue sur la baie.

David a aussi une domestique (là-bas, c’est très courant, ils les appellent les Conchitas (voir chapitre 8)) qui a une chambre de bonne dans l’appart.

Le lendemain, changement d’ambiance. C’est l’anniversaire de Mathilde et nous dînons avec David qui est très enjoué et bavard. Nous discutons beaucoup et le courant passe beaucoup mieux. Il nous trouve tellement super-sympa qu’il nous propose de rester 3 jours de plus (soit 6 nuits au total), ce que nous acceptons sans rechigner. Pour le remercier, nous passerons même en cuisine pour lui concocter un petit repas à la française. Le reste de la semaine sera sans histoire, même si nous aurons du mal à cerner la personnalité de David et son humeur, disons, changeante. En tout cas, merci à David pour son accueil.

 

Chapitre 3 : Hong-Kong, ça monte et ça descend, où pourquoi prendre un tram climatisé, quand on peut choper une bonne suée

Mardi 26, anniversaire de Mathilde. Entre autres choses, nous décidons de monter au Victoria Peak qui offre un magnifique point de vue sur les gratte-ciel de Hong-Kong. Il y a même un tramway qui y monte (en fait, plutôt un funiculaire). Le prix est assez élevé pour seulement un kilomètre d’ascension. Qu’à cela ne tienne, los Fourcados qui ont déjà vaincu les Andes, iront à pied. Un kilomètre d’ascension, de la rigolade !!! sauf si la température avoisine les 35°C, sauf si la pente moyenne est de 20 %, sauf si on se trompe de chemin au bout de 300 mètres et qu’au lieu des 1000 m prévus, on se fait 3 petits kilomètres. Il y en a une qui est pas vraiment ravie de fêter son anniv dans ces conditions. Heureusement qu’à l’arrivée, le point de vue sera effectivement très joli, et surtout qu’on lui trouvera une délicieuse panna cotta à la vanille pour se remettre. 

 

Chapitre 4 : Chine 1 – Los Fourcados 0

Comme pour nos copains les Ducasse et les Billaut, obtenir un visa pour la Chine est une des incertitudes de notre voyage. Eux ont fini par l’obtenir (d’ailleurs, ils sont déjà en Chine), et nous, comptons sur notre séjour à Hong-Kong pour l’obtenir.

Nous restons à Hong-Kong 9 jours, dont 3 de week-end ou jours fériés, ce qui nous laisse 6 jours ouvrables pour obtenir notre précieux sésame auprès du ministère chinois. Le premier de ces jours ouvrables, nous allons chercher le formulaire. Le second, nous essayons de rassembler les pièces à fournir (réservations d’hôtel, justification de revenu, itinéraire prévu...). A ce stade, nous sommes mercredi soir, il reste 4 jours ouvrables : jeudi, vendredi, lundi 2 mai et mardi, avant que l’on ne s’envole pour Katmandou le mercredi 4. Sauf que nous apprenons à ce moment-là, que le 2 mai est férié à Hong-Kong. Il ne nous reste donc que 4-1=3 jours ouvrables (ben ouais, j’ai fait math sup, j’ai de beaux restes) donc, too late pour le visa Chinois, on ne l’aura pas ici ! Dernière chance à Katmandou dans quelques jours.

 

Chapitre 7 : Le jour où on s’est fait virer d’un hôtel

Dimanche 1er mai (joyeux anniversaire Carole), nous prenons congés de David et allons à la guesthouse que nous avions réservée (HK Hostel, ça dit quelque chose à quelqu’un ?). En fait, nous avions fait une première réservation de 6 nuits, que nous avions ensuite ramenée à 3 nuits suite à l’extension de l’invitation de David (voir chapitre 2). Nous arrivons à 10h30 et la chambre n’est pas libérée, normal, les chambres sont libérées à midi. Nous laissons donc nos bagages à la réception et partons nous balader et déjeuner. Nous revenons vers 13h. La chambre n’est toujours pas prête, normal, ils sont en train de la nettoyer (je ne m’impatiente plus jamais quand une chambre est en train de d’être nettoyée, parce que ça veut dire qu’elle est nettoyée). 14h, le gérant nous envoie voir une chambre parce que finalement celle que nous avions réservée n’est pas disponible. Il nous montre un cagibi avec un lit double (en 120 fillette) et 2 lits simples. Question cruciale, il va falloir faire un choix entre mettre un matelas pour Paul ou mettre les bagages dans la chambre. Nous rappelons au gérant que nous avions réservé une chambre pour 5, ce à quoi, il nous répond qu’il n’a que ça, qu’il est très occupé, qu’il nous rembourse ce qu’on lui a payé 2 heures avant (en essayant au passage d’en oublier) et qu’il nous fout dehors. On se retrouve pantelant à Hong-Kong sans hôtel un 1er mai (joyeux anniversaire Carole). Pour vous donner une idée de notre désarroi, il nous faut ajouter que le 2 mai est férié à Hong-Kong, que donc les hôtels « bien » sont tous bondés, et que de toute façon à Hong-Kong, mis à part les palaces qui ont pignon sur rue, les hôtels sont dans les immeubles, avec une réception au 3e ou 4e étage, sans enseigne, et donc impossible à trouver par hasard. J’ai alors une fulgurance qui rend ma femme si amoureuse. Je tape « hôtel causeway bay » sur google et coup de bol incroyable, je tombe sur un site de réservations d’hôtel de dernière minute. Et à 300 m de là où nous sommes, il y a des chambres top luxe (pour nous) bradées à 120 euros pour 5 (on aurait dû payer 90 pour le taudis d’où on s’est fait virer), avec piscine au 39e étage et salle de sport panoramique sur les gratte-ciel au 40e. Le Bonheur, et un beau cadeau pour Carole.


Chapitre 6 : Hong-Kong by night

Dans la ville de Hong-Kong, il est beaucoup question d’environnement et d’économies d’énergie. On comprend à quel point ils y sont sensibles !!

 

Chapitre 7 : Du luxe, du luxe, du luxe

Jamais de ma vie je n’ai vu une telle débauche de luxe dans un si petit périmètre. Que ce soit pour les voitures, les boutiques de mode, tout est dans la démesure. Non seulement, les boutiques sont immenses, mais il y en a partout dans la ville, et pas seulement dans un quartier. Il y a même la queue pour rentrer chez les Vuitton, Chanel, Gucci, Prada...

Pour les voitures, c’est pas difficile, le modèle de base (genre mégane en France), c’est la Mercedes ou la Béhème. Pour la Mercedes, oubliez les Classe A, B et C, ici, ça commence à E, et une Classe S est un plus (Romain serait comme un fou ici, je suis sûr qu’ils font le chiffre d’affaire annuel du concessionnaire de Bayonne en... 2 heures). Si vous voulez monter en gamme (gamme  Laguna), optez pour la Porsche, très répandue, en modèle coupé, ou 4x4 pour les familles. Enfin, si vraiment vous voulez en mettre plein la vue, pas de limite. Ici, les Bentley, Rolls Royce, Maybach (pour les familles), côtoient les Lamborghini, Maserati ou Ferrari des jeunes loups de la finance.

 

Chapitre 8 : Au pays des Conchitas

A Hong-Kong, on trouve couramment des bonnes dans les appartements. Elles viennent des Philippines ou d’Indonésie, s’occupent de la maison, des enfants, de la cuisine, et sont logées chez leurs patrons dans une chambre de bonne (celle de David s’appelait Maria et venait des Philippines). On les voit peu dans la semaine, car elles bossent. On peut simplement les apercevoir lorsqu’elles vont emmener ou récupérer les enfants de leurs patrons à l’école. En revanche, quand vient le dimanche (elles ont un seul jour de repos par semaine), elles viennent toutes se rassembler sur les trottoirs près de Victoria Park avec des valises pleines de bouffe et raconter leur semaine, leurs états d’âme ou je ne sais quoi d’autre (je ne parle ni indonésien, ni philippin) à leurs copines. C’est vraiment impressionnant. Elles restent là à squatter les trottoirs à blaguer, à laisser le temps passer. On sent une vraie solidarité entre elles. Et de tels rassemblements spontanés seraient inimaginables à Paris au Champs de Mars par exemple, sans évacuation manu-militari dans les 2 heures.

 

Chapitre 9 : Y a pas à dire Disney, ça le fait

Impossible de rester quelques jours à Hong-Kong à ce stade de notre voyage, sans aller passer une journée à Disneyland. Bon Ok, c’est de la culture pop-corn, c’est super consumériste, c’est aseptisé, il y a des boutiques à la sortie de chaque attraction, mais y a pas à dire, c’est bien fait, c’est magique, et petits et grands avons tous passé un moment magique et enchanteur (et en plus, on n’a payé que 20 euros par personne)

 

PS 1 : connexion pourrie donc pas de photos dans l'article. Vous pouvez les regarder dans l'album "Hong-Kong"

 

PS 2 : petite précision par rapport à l'article précédent : le 12 juin nous rentrons de Pékin à Londres puis nous allons musarder quelque jours entre Londres et Paris pour rentrer au bercail le 19.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fabien - dans Chine
commenter cet article

commentaires

Billaut 07/05/2011 14:02


Coucou,
Pour Al, l'arrêt des notes était au 5 mai avec ces satanés 45 devoirs à rendre, on y est arrivé juste mais c'est bon.Du coup, on s'est calé sur ça pour Tex, on bosse encore car on n'a pas terminé
le programme mais tranquillou. Un conseil (bon après le HK hostel, vous allez plus vouloir m'écouter :)), prévoyez du temps à Beijing, c'est une ville épuisante, impossible de cumuler des visites
jour après jour, nous on est épuisé, vivement le transsibérien pour ne rien faire. Voilà où on en est, considérer le transsibérien comme des vacances ! Par contre, je ne vous conseillerai pas notre
hôtel à Beijing, pas glop. Bises à la troupe.


Carole 20/05/2011 10:31


Ouhla, considérer le transiberrien comme des vacances... Je vois, je vois, vous êtes épuises !!! Pour les devoirs, les enfants sont dégoutes depuis que je leur ai dit qu'Alienor n'avait "que" 45
devoirs... On en est au 58eme et il reste encore 2 séries... Vivement la fin, j'en peux plus du CNED !


Ca c'était pas prévu 07/05/2011 04:03


Coucou, on aurait dû se douter qu'il faisait les résas à l'arrache, vu qu'il n'avait de la place que pour 2 jours et que nous sommes restés 5 ! Pour le visa chinois, c'est un avis perso au bout de
3 semaines de Chine : si vous l'avez pas c'est pas grave, faites autre chose (et là je me fais lapider par certains membres de ma troupe alors que les autres m'acclament). Par rapport au visa
russe, le vis&a chinois nous paraît presque facile à avoir ! On est à 3 visites au consulat et on l'a toujours pas.
Joyeux anniversaire aux filles, moi cr sera dans qq jours dans un train entre Beijing et Harbin, youpi !
On vous embrasse fort,
Point positif, le 5 mai est passé, fini le CNED ! Vous avez fêté ça dignement j'espère.
Karine


Carole 07/05/2011 10:48


Comment ça fini le CNED ???? Nous on a des devoirs a rendre jusqu'au 12 juin !!! Tu m'intrigues la et je suis un peu jalouse... Pour la Chine, on est en train d'étudier un trajet de 8 jours qui
ferait Kathmandu/ Lhassa en 8 jours, puis on prendrait le train Lhassa/Pékin pd 3 jours, puis on passerait 5/6 jours sur Pékin, avant de s'envoler pour Londres. Voila en gros notre nouvel
itinéraire, si on arrive a avoir le permis pour le Tibet...Ce qui d'apres des agences est facile. Pour ton anniversaire, on pensera a toi, surtout au moment du repas !!!


Les 4S 06/05/2011 22:25


Tout d'abord bon anniversaire en retard aux filles.
Et puis quelle bonheur à nouveau de lire les aventures trépignantes et croustillantes des Fourcados.
Alors même si le voyage s'arrête plus tôt, on va d'autant plus savourer les derniers épisodes... Et puis vous savez, nous presque 10 mois après le retour on voyage toujours en faisant partager
notre expérience et nos photos !!!
Gros bises.


Carole 07/05/2011 10:51


C'est exactement ce que l'on se dit, les 12 mois de voyage nous laisseront déjà pleins de souvenirs dans la tête. Et ça nous permet aussi de savourer les derniers instants !


Sylvie 06/05/2011 15:28


Bonjour Nous sommes une famille avec 2 enfants (10 et 13 ans) en préparation de notre futur TDM. Est il possible de vous contacter par email afin que vous puissiez nous donner quelques conseils
notamment sur l'école au jour le jour(programme collegue CNED). Vous en remerciant. Sylvie


Carole 07/05/2011 11:00


Bonjour, vous pouvez nous contacter sur fourcade.carole@orange.fr L'école est la partie la plus "contraignante" du voyage, mais elle nous aide aussi a avoir un rythme de voyage, de visite, moins
soutenu (il y a des devoirs a rendre tous les 15 jours en gros, donc il faut s'y tenir régulièrement si on ne veut pas être largue !) Contactez nous, on essaiera de vous répondre, dans la mesure
des connexions internet ( la au Nepal, c'est pas la joie...)


Frédérique 06/05/2011 06:58


Toujours autant d'humour dans vos article et autant de plaisir à vous lire. Ça va être difficile d'arrêter en juin, qu'est ce qu'il va nous rester à nous que vous faites rêver à chaque fois.
Profitez en et je ne vous en veux pas. Bisous à tous les cinq et bonne continuation.
Nana


carole 06/05/2011 11:39


J'espère bien que les liens que l'on a créé avec certains, se poursuivront au retour ! Nous pour le rêve, on continuera à vous lire !


Nuevo ! traduccion en espanol

Catégories