Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 04:15

Enfin, du monde qu’on connaît, c'est-à-dire grosso-modo, la France, un peu du Brésil, un tout petit peu d’Argentine, une partie de l’Equateur, pas mal du Pérou et donc, le Bolivie.

C’est vraiment un pays extraordinaire, les paysages sont exceptionnels, très variés, les gens sont vraiment gentils, souriants et accueillants, et la vie pas chère du tout. Si vous avez un voyage à faire, c’est bien en Bolivie qu’il faut aller. Le billet d’avion doit bien coûter un peu cher, mais une fois sur place, la vie, c‘est cadeau. Je connais même certaines personnes qui y ont trouvé leur future épouse...

 

Après les quelques jours passés à Sucre, nous voilà partis dans l’extrême sud du pays, à Tupiza. Les 9 heures de bus local se passent bien ; il y a pratiquement autant de places que de passagers, et nous arrivons à l’heure, vers minuit à destination. Le gros avantage d’arriver à minuit, c’est qu’on ne voit pas à quel point l’hôtel qu’on a réservé n’est pas propre ; au moins, on passe une bonne première nuit.

 

Les alentours de Tupiza par eux-mêmes valent le déplacement ; on se croirait au Far-West (c’est d’ailleurs près de Tupiza que Butch Cassidy et Sundance Kid, les célèbres bandits de westerns ont fini leur carrière – criblés de balles boliviennes), mais ce n’est pour nous que le point de départ de l’excursion que nous attendons depuis longtemps : le désert de Sud-Lipez et le Salar d’Uyuni.

 

L’organisation est simple : un guide-chauffeur-mécanicien, une cuisinière, un 4x4, 5 touristes dans le 4x4 (ben, dans le nôtre, c’était nous) et 1500 km de pistes en 4 jours, dans des décors fabuleux et, ce qui rend le voyage si passionnant, extrêmement variés (oui, parce que 1500 bornes à voir toujours la même chose, même si c’est très beau, je sais pas si vous avez déjà essayé, mais à mon avis, ça lasse). La plupart des tours dans le salar et le désert partent d’Uyuni. Nous avons choisi de partir de Tupiza, parce que d’une part, les décors que nous rencontreront seront de plus en plus beaux dans ce sens, et d’autre part, il n’y a qu’une dizaine d’équipages par jour qui partent de Tupiza, alors que plus d’une soixantaine de 4x4 partent d’Uyuni.

 

 

Tout commence donc à Tupiza, où nous faisons connaissance avec Javier notre guide – 12 ans d’expérience, et Isabel, notre cuisinière – 10 ans d’expérience. Dès la sortie de la ville, un 4x4 d’une autre agence s’arrête et demande à suivre notre guide car il ne connaît pas bien le chemin (on est bien content d’avoir choisi notre agence !). On emprunte une piste qui suit le lit de la rivière (à sec) puis nous montons. Très vite, le panorama est splendide. On se croirait dans le Colorado.

Javier s’arrête souvent pour nous permettre de mitrailler, mais malheureusement, les photos ne rendent pas bien la beauté de couleurs (ben ouais, on est pas des pros de la photo).

Au bout de quelques heures, en atteignant les 4000 m d’altitude, nous tombons sur les premiers troupeaux de lamas, perdus au milieu de rien, et sur les maisons en pisé (briques de terre cuite). Nous ne sommes pas encore entrés dans le Sud-Lipez, et déjà nous en avons pris plein les mirettes.

 

100917 (11)

décor de western

100918 (19)

mon ami Serge, le lama (à moins que ce ne soit Bernard)

100917 (29)

maisons en pisé

100917 (50)


Le premier soir, nous dormons dans un petit village et pouvons constater qu’en plus d’un bon guide, nous avons la chance d’avoir une bonne cuisinière. Nous en profitons pour faire la connaissance d’autres voyageurs (les équipages s’arrêtant tous au même endroit), parmi lesquels 2 Français, Fabrice et Camille.

 

Le second jour sera encore plus riche, avec des lacs magnifiques, blancs, verts (la laguna verde), ou rouges (la laguna colorada), des flamants roses, des montagnes muticolores, le désert de Dali (dont les couleurs ressemblent à un tableau de Salvador Dali), une piscine thermale naturelle et même des geysers. On ne sait pas où donner de la tête ce jour-là, et on prend pas moins de 500 photos dans la journée (vive le numérique !).

 

100918 (35)

Envol de flamants

100918 (54)

Le guide-chauffeur-mécano remet la courroie d'alternateur en place

100918 (64)

dehors, 10°C, dans l'eau, 38°C

100918 (73)

la laguna verde et le volcan Licacanbur

100918 (9)

la Yareta

100918 (89) jpg dali-3

le désert de Dali et un tableau de Dali

100918a (7)

les geysers de sol de manana


Le troisième jour commencera par un grand moment d’émotion. Nous arrivons sur le mirador surplombant la laguna colorada et ses milliers de flamants roses ; c’est tellement beau et c’est le bonheur absolu d’être là avec Carole et les enfants. On se sent vraiment privilégié d’être là. Je ne sais pas si c’est le froid (ça caille grave) où l’émotion, mais j’ai les yeux qui piquent. La balade continue avec d’autres lacs très différents, certains pleins de soufre, un autre de carbonate de sodium, un autre plein de gorax, et toujours des multitudes de flamants roses. Voir ses animaux si gracieux se déplacer, voler librement est tout simplement magique ! Nous apercevrons aussi des lamas bien sûr, mais aussi des vigognes, des viscachas (sorte de chinchillas ressemblant à un lapin), et même un condor (au moment où on écoutait « El condor pasa »).

Nous verrons aussi des Yelatas, plantes très denses poussant sur des rochers, de 1 cm par an. Enfin, autre grand moment, nous nous sommes arrêté le soir dans un hôtel de sel (murs et meubles en briques de sel) ; c’était vraiment surprenant et ça nous a beaucoup plu. Nous avons pu faire davantage connaissance avec nos nouveaux potes Fabrice et Camille (mais si, tu es souriant Fabrice...) qui nous ont laissé leur surplus de médocs (encore merci à vous, les turistas à répétition avaient largement entamé nos stocks...).

 

100919 (34)

un moment de grâce au-deus de la laguna colorada

100919 (49)

l'arbre de pierre

100919 (57)

une vigogne

100919 (80)

les flamants, les flamants, les fla, les fla, les flamants

100919 (89)

Paul nourrit un viscacha pas farouche

100919a (14)

l'hôtel de sel


Enfin, le dernier jour, le clou du spectacle. Lever à 5h30 pour apprécier le lever du soleil sur le salar, une aire parfaitement plane, ou plutôt, tellement plate, qu’on peut « voir » la courbure de la Terre (les reliefs apparaissent au fur et à mesure qu’on s’en approche). Nous prenons le ptit-dèj sur une île posée au milieu de l’immensité de sel. Encore un moment magique. Puis, nous traversons le salar et nous arrêtons prendre les « fotos locas », les photos folles. C’est déjà fini pour le salar d’Uyuni, nous rentrons vers Tupiza, et là encore, les paysages traversés sont différents et exceptionnels. Les 10 heures de voitures de cette journée seront finalement passés très vite ; même les enfants ne se sont pas lassés – c’est dire...

 

100920 (5)

 

100920 (8)

 

100920 (17)

 

100920 (22)

 

100920 (45)

 

100920 (48)


Je souhaite à chacun de vous de pouvoir un jour venir dans ces endroits enchanteurs que sont le désert du Sud-Lipez et le Salar d’Uyuni. Nous nous sommes sentis vraiment privilégiés ; peu de monde finalement au regard de la beauté du site, la chance d’être avec des accompagnateurs passionnés par leur pays et leur région, et une excursion de 4 jours pour le prix d’une demi-journée de 4x4 en France.

 

Je pourrai vous en parler pendant des heures, évoquer le réchauffement climatique qui est ici palpable (il y a encore 5 ans tous les sommets étaient couverts de neige toute l’année), vous parler de l’altitude, du vent, du froid, des pannes de voiture, de l'exploitation du sel, des connections internet catastrophiques à Uyuni et Tupiza, mais je vais arrêter là pour vous permettre d’avoir cet article tout chaud au petit déjeuner.

 

PS : d'autres photos dans l'album Bolivie

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fabien - dans Bolivie
commenter cet article

commentaires

strafans 73 08/10/2010 22:53


ouch ! ca calme ! Le scenic a intérêt à faire au moins 400000 bornes pour pouvoir financer tous ces périples sud américains en famille. Et dire que vous allez encore nous en mettre 4 trimestres
dans la vue.
Revenez en forme l'automne prochain pour le premier WdB organisé par l'A3sex (et oui après 5 ans de boyfem's j'ai accepté de gnasser). Bise à vous qui marchez la tête en bas.


carole 09/10/2010 18:57



Euhh surtout que le scénic on l'a plus !!! Rendez-vous à l'automne alors, on arrivera entassé dans ma petite voiture, mais après les bus Boliviens, Péruviens et
Equatorien ce sera le grand luxe !!!



Myriam Bordachar 28/09/2010 13:41


Je précise mon commentaire : Bono qui est arrivé à l'aéroport de BTZ et qui a accepté de poser avec le drapeau de l'AB vous grille la priorité :)


carole 09/10/2010 18:41



Bono avec le drapeau de l'AB !!! Alors là chapeau bas.



Myriam Bordachar 28/09/2010 10:15


Waouhhh ! C'est le seul mot qui me vient à l'esprit à la lecture de cet article !!!
Bises.
PS : on avance pour la publication des photos mais en cette semaine d'avant-derby Bono qui est arrivé à l'aéroport de Btz pour le concert à Anoeta (on y était et c'était aussi Waouhhh !) vous a
grillé la priorité. N'hésitez pas à m'envoyer les nouvelles photos !


carole 09/10/2010 18:04



Réponse tardive, on était dégouté du résultat du match... Pour Bono, on comprend, c'est une priorité ;-))



pompon 28/09/2010 10:10


promo An 201. Je vous filerai l'adresse de mon blog quand j'en aurai un si ça vous intéresse (on part début 2011).

A bientôt !


carole 09/10/2010 18:02



Ok pour l'adresse, ça nous intéresse !!! En plus ça nous permettra de vou suivre quand on sera à la  maison !



Frédérique 28/09/2010 05:03


Magnifique, très cavalier. Toujours autant de plaisir à vous lire. Merci pour vos articles et vos photos, un vrai régal pour les yeux et ma culture.
Nana


carole 09/10/2010 17:56



Voyager ouvre aussi nos yeux. C'est vraiment très éducatif.



Nuevo ! traduccion en espanol

Catégories