Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 13:58

 

Après 3 semaines passées à Cuzco, et une dernière visite de ruines Incas à Ollantaytambo,

 

100827 (51)

 

nous reprenons la route direction Puno et le lac Titicaca.

Je passe sur le petit problème de bus que nous avons eu au départ de Cuzco (en fait le bus touristique que nous avions réservé n’est jamais parti et la compagnie nous a recasé dans le bus d’une autre compagnie pratiquant le principe équatorien du « 70 places vendues dans un bus de 45 places » après nous avoir sorti une histoire à dormir debout pour justifier leur annulation ; je connais des marchands d’histoire en France qui s’épanouiraient au Pérou !), et après 8 heures de voyage à travers des paysages magnifiques (les steppes de l’Altiplano, avec passage d’un col à 4 300 m), nous arrivons à Puno.

Puno, comme la plupart de villes péruviennes (à l’exception notable d’Arequipa), est une ville très laide. Aucun édifice n’est terminé, sur chaque bâtiment en briques, au mieux une seule façade est enduite ; il n’y a aucune cohérence architecturale, y compris à 2 pas de splendides bâtiments coloniaux.

 

100829 (3)

 

Heureusement que les villes péruviennes bénéficient de quartiers coloniaux magnifiques et de vestiges incas, sinon ce ne seraient que de gigantesques favelas.

La ville de Puno n’a donc aucun intérêt par elle-même, mais elle est le point de départ d’excursions vers les îles péruviennes du lac Titicaca (prononcer Titihaha en aspirant bien les h).

Echaudés par notre organisation sans faille lors de notre dernier trek(voir l’article précédent), nous décidons de passer par une agence pour faire le tour de 3 îles en 2 jours.

Première étape : les îles artificielles en roseau des Uros.

 

100830 (052)

 

Ce sont des îles flottantes de 3 mètres d’épaisseur (2 mètres immergés et un mètre au dessus de l’eau) réalisées par couches successives de roseaux séchés, sur lesquelles vivent des indiens Aymaras qui ont bien compris l’intérêt d’attirer les touristes voir leur mode de vie si particulier.

 

100830 (028)

 

Car le manège est bien rodé, avec le chef de l’île nous faisant une présentation de l’île, de sa construction et de son fonctionnement en langue aymara, traduite par notre guide (avant que quelques minutes plus tard, ce même chef nous vante en espagnol, anglais et français les produits artisanaux vendus par sa famille), puis donc, une présentation de l’artisanat familial (difficile de ne pas acheter quand vous êtes sur une île de 200 m² avec rien d’autre à faire que regarder les stands de produits), et enfin une petite balade sur le lac sur le canot en roseau, pour laisser la place au bateau de touristes suivant.

 

100830 (024)

 

100830 (004)

 

Pour autant, et même si les familles manquent de sincérité avec les touristes, le spectacle de ces îles est vraiment extraordinaire, et il est normal qu’ils tirent un bénéfice de ce mode de vie unique au monde.


Après ces îles flottantes, la deuxième étape de notre tour nous conduit à l’île (une vraie cette fois) d’Amantani. Ici, ce ne sont pas des indiens Aymaras, mais des Queshuas.

 

100830 (067)

 

Nous sommes pris en charge par une famille qui nous hébergera et nous fera à manger. Nous tombons bien chez Maritza qui s’avèrera être une excellente cuisinière. Nous montons jusqu’au temple de Pacha-Tata (4200 m) pour admirer le coucher de soleil sur le lac.

 

100830 (081)

 

100830 (090)

 

La montée est rude, mais après 3 semaines en altitude, avec un taux d’hématocrite à faire pâlir le Lance Armstrong des grands jours, c’est un jeu d’enfants. Puis après le dîner, nous avons droit à une soirée dansante en costumes traditionnels.

 

100830 (109)

 

100830 (113)


Après une nuit « fraîche » (ils ne connaissent ni chauffage, ni double vitrage, ni eau chaude), nous remercions chaleureusement notre hôte et filons sur l’île de Taquile (et pas Tequila comme dirait notre guide plein d’humour).

 

100831 (26)

 

Nous aurons juste le temps d’apprendre quelques rudiments de leur culture comme leurs codes vestimentaires ou le fait qu’une femme ne sachant pas tisser ou un homme ne sachant pas tricoter, ne peuvent se marier.

 

100831 (25)

 

100831 (22)

 

Il est déjà temps de rentrer sur Puno où nous préparons nos bagages.

Nous quittons donc le Pérou après un mois dans ce pays qui nous laisse un sentiment partagé : nous avons été impressionnés par l’environnement naturel et le patrimoine historique de ce pays, mais les relations avec les Péruviens que nous avons cotoyés ont été dans la plupart des cas un peu compliquées.

C’est donc sans regrets et avec gourmandise que nous partons vers notre prochaine destination : la Bolivie.

 

PS :  bonne rentrée des classes, on pense à vous...

Partager cet article

Repost 0
Published by Fabien - dans Pérou
commenter cet article

commentaires

Ceno 102 13/09/2010 08:49


Bonjour les Fourcados,

Félicitations à toute la famille pour le brillant 1er trimestre.
Il manque les notes en Espagnol et également en EMT (vous vous rappelez dans un autre siècle l'éducation manuelle et technique), vous avez surement du faire des progrès en macramé...
Merci pour le blog qui me donne beaucoup de plaisir et fait rêver tout le monde.
Biz
Ceno


carole 14/09/2010 16:46



Macramé non mais couture oui... c'est fou tous les petits travaux de couture qu'il faut entreprendre en voyage !



famille BIGUET 05/09/2010 22:13


J'ai découvert le lac Titicaca mais du côté bolivien, que de souvenirs remontant à la surface, merci à vous.
En revanche, j'ai encore appris beaucoup de choses...
Vos articles sont plaisants, pleins d'humours, je les lis avec énormément d'intérêt et toujours le sourire aux lèvres...
Je ne connais pas le Pérou mais je pense que vous allez adorer la Bolivie, pour ma part,j'en ai un souvenir extraodinaire et il me tarde de lire vos articles...
Nana


carole 06/09/2010 14:28



La Bolivie depuis une semaine nous enchante... Ce soir nous prenons le bus pour Potosi. Nana



Mylène 05/09/2010 01:31


Rentrée passée...remis sur le chemin des écoliers...mais aurais bien tenté l'école buissonière avec vous...surtout que j'ai travaillé l'an passé sur l'amérique du sud et autres pays de
monde...et...et,mais oui!!!!
j'avais ma veste en Alpaga et un "chouette" bonnet équatorien!!! pour le Pérou j'aurais pu faire' "peut être" illusion....qui sais?
Oui oui, rassurez-vous c'est avec un immense honneur et grand plaisir que j'accepte votre future dédicace
-> sur la page de garde de votre futur "roman auto-biographique
-> même si ce n'est qu'un article dans la revue GEO, je prends aussi!!!
Je transmets votre petit clin d'oeil aux copains de Paul...et à l'école.


carole 05/09/2010 03:31



 Un article dans GEO ça serait déjà bien !!! Bon il va falloir qu'on leur envoie des articles ;-)).


Pour la tenue vestimentaire, pas de problème, vous auriez pu nous rejoindre en Bolivie, ici on trouve tout l'artisanat "local" de l'Amérique du sud, on dirait bien
que c'est leur Chine à eux !!!


Toujours les "moyens" à l'école ?



Xilbi 04/09/2010 09:14


Une belle balade dans les îles, qui certes, sont toutes tournées vers le tourisme et perdent leur côté authentique au profit de ce que veulent voir les touristes...Mais peut-on le leur reprocher
!!! Non car comme vous dites, ça reste quand même une belle expérience d'approcher ces îles fantastiques que l'on ne voit que là-bas !! Belle rencontre dans la famille avec une joli expérience de
leur mode de vie !!
Belle continuation pour la suite !


carole 05/09/2010 03:20



C'est tout à fait ça, ça vaut vraiment le voyage, même si c'est perverti par le tourisme, c'est un lieu unique au monde !



Armoni 03/09/2010 22:58


Merci de m'avoir fait revivre mon voyage au Pérou dont je garde un très bon souvenir hormis la pluie et le froid à Puno. Vous n'avez pas fait les lignes de Nazca.... dommage ! Je pense que ça
aurait plu à vos enfants..... et à vous ! ;-)
Bonne continuation en Bolivie.


carole 05/09/2010 03:18



On devait aller à Nazca, jusqu'à ce qu'on apprenne que des avions tombaient de temps en temps ;-( on n'a pas voulu prendre ce risque, jusqu'à ce qu'on nous dise que
le dernier accident avait eu lieu en 2008... Tant pis, ça sera pour une autre fois !



Nuevo ! traduccion en espanol

Catégories