Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 15:46

Episode 4 : Dien Bien Phu – Sapa

Arrivés fourbus à Dien Bien Phu, nous décidons de ne pas enchaîner avec un nouveau déplacement dès le lendemain à l’aube et d’en profiter pour visiter ce site ô combien historique.

Petit résumé de ce qui s’est passé ici en 1954 : les Français, soumis à une lutte des Viet-Minhs désireux d’obtenir l’indépendance du Vietnam, choisissent de concentrer leurs forces à Dien Bien Phu, sur la route stratégique vers le Laos, pour obliger leurs ennemis à venir y déclencher l’ultime assaut décisif. Tout s’est passé comme prévu, à la nuance près qu’au lieu d’être décisif pour nous, l’ultime assaut a été décisif pour l’indépendance du pays.

Pourquoi avoir choisi Dien Bien Phu ?

Ce qui frappe quand on y arrive, c’est que la ville est au centre d’une cuvette entourée de montagnes, d’où les Viet-Minhs pouvaient à loisir observer, voire canarder les positions françaises ; on imagine bien, sans être un génie de l’art militaire, que c’était perdu d’avance.

Mais ce qui est remarquable aussi, c’est que c’est le seul endroit à 1000 km à la ronde à être à peu près plat, ce qui présentait l’avantage de positionner le champ de bataille sur un terrain praticable et d’éviter d’avoir à lutter dans le maquis montagneux où cela aurait été perdu d’avance (demandez aux Américains...).

Donc, entre 2 options perdues d’avance, on a choisi celle... perdue d’avance (après avoir écarté quelques années plus tôt la solution négociée).

Et donc, on a pris une taule.

Du coup, on s’attendait à voir plein de sites ou de monuments style Omaha Beach chez nous, et donc quelques infrastructures touristiques.

Mais non, rien. Oh, si bien sûr, il y a bien le musée de la Victoire, la statue de la Victoire (édifiée en 1994 dans un style très Brejnievien)

110224 (3)

et quelques guesthouses, mais c’est à peu près tout. Difficile de trouver un restaurant autre que la gargote de rue, et quand on s’y arrêtait (fallait bien qu’on mange), tous les client se levaient et s’approchaient pour nous regarder manger (Mathilde adorait ça).

Ceci dit, quand on voit la forme de leur pylônes de télétransmission, on se dit que quelque part, ils regrettent un peu les Français...

110223 (5)


Après ces 2 nuits à DBP, nous partons vers Sapa.

 

Vendredi, 6 heures du mat. Nous arrivons au terminal de bus. Un rabatteur nous conduit vers un mini-bus, charge nos bagages, et 5 minutes plus tard le bus démarre ; et en plus, il n’est même pas plein. Ouaouh, ça nous change ! Vivent les infrastructures vietnamiennes ! Ça c’est du pays développé ! Même les routes sont en bon état. Le hic, quand les routes sont en bon état, c’est que les bus roulent plus vite, et du coup, les virages s’enchaînent plus vite. Il nous faut donc beaucoup de concentration pour garder nos estomacs accrochés. D’ailleurs, notre voisine de derrière supporte pas et vomit dans son casque (comme quoi c’est toujours utile d’avoir un casque de moto sur soi). Heureusement, on est arrêté pendant près d’une heure parce que des pelleteuses sont affairées à déblayer la route suite à un éboulement sur la chaussée. Ça nous permet de récupérer et à notre voisine de derrière de rincer son casque. Nous repartons, et alors qu’il n’y a que 4 places de libres dans le bus, le chauffeur s’arrête et embarque 10 djeun’s qui s’entassent comme ils peuvent (ouais, mais c’est pas grave, ils sont djeuns). Pendant ce temps la voisine de derrière se racle la gorge et crache par la fenêtre pour essayer d’évacuer le bout de nouille qui est allé se coincer dans ses sinus, au grand désespoir de Carole. Dehors, les payages sont toujours sublimes, et là aussi, nous traversons des villages tout droit sortis su siècle dernier.

Nous finissons par arriver à Sapa, et là, c’est l’enchantement.

110226 (30)

 

110226 (5)

D’abord, parce que nous nous offrons un hôtel de luxe pour récupérer (65 dollars la nuit pour 5, ptit déj, douche avec rideau et eau chaude inclus...), et ensuite parce que les environs de Sapa sont d’une beauté à couper le souffle. Les rizières en terrasses sur les flancs des collines nous rappellent les Andes.

Les ethnies débarquent en ville pour vendre aux touristes leur artisanat, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elles mettent du cœur à l’ouvrage.

110227 (5)

On passe 3 jours très agréables à Sapa, à nous balader au milieu des gens et des villages,

110226 (24)

ce qui nous permet de bien nous remettre de ce périple qui, je dois bien l’avouer, fut bien plus éprouvant que je n’avais imaginé.

 

110226 (11)

Partager cet article

Repost 0
Published by Fabien - dans Vietnam
commenter cet article

commentaires

Billaut 13/03/2011 10:07


Coucou les Fourcados, encore loin de Saïgon ? Je mets mon grain de sel car je viens de lire les commentaires : ici à Saïgon, vous pouvez oublier les pulls et les polaires, on en est à inverser les
heures de cours des enfants pour sortir à la fraîche ; pour le camping-car, on a testé aussi et on est entièrement d'acc avec toi Carole, et les familles qui voyageaient en véhicule disaient toutes
que si c'était à refaire ce serait sans ; pour les enfants, c'est presque plus facile de voyager avec un bébé qu'avec les trois autres loustics. On vous embrasse fort mais de loin (y a du virus
dans l'air chez nous),
Les Billauchons


carole 27/03/2011 10:28



Je suis vraiment trop fainéante en ce moment pour répondre aux coms moi en ce moment...


J'espère que vous allez bien



Onolog 12/03/2011 17:44


Et bien quel trajet !

Je pense que là, vous avez du faire le plus roots pour l'Asie du sud est. Mais il y aura peut être encore plus surprenant en Chine.

Ce qui est rigolo, c'est que vous avez fait le trajet de mon grand-père mais à l'envers. Dans les années 30, il a traversé d'est en ouest en vieux tacos pour justement repérer des terrains
d'aviation pour le compte d'Air France. Dien Bien Phu était sur la liste. J'ai une copie de son journal, et je compte bien un jour faire ce trajet.
Merci d'avoir joué les éclaireurs !


carole 27/03/2011 10:27



C'était dur pour nous, en 2011... Je n'ose même pas imaginer ce qu'il a pu traverser !



Martine ( maman de Geoffrey ) 09/03/2011 14:53


Alors le vélo a pu être acheminé en Espagne près de Pampelune. Il l'a retrouvé ce WE et est parti dessus dimanche à midi. En ce moment , il doit être encore en Espagne à longer les Pyrénées. Il
veut monter un col pour les traverser et vendredi soir, il doit arriver chez sa soeur à Perpignan. Puis Montpellier chez son parrain et enfin la dernière ligne droite Montpellier-Paris. Arrivée à
11h le 3 avril à l'Arc de triomphe. OUF !
Bonne continuation pour vous ; j'ai toujours autant de plaisir à vous lire.Bisous.


carole 27/03/2011 10:25



Je répond un peu tard... C'est bientôt son arrivée ! On a vu l'article dans le journal, il a l'air en forme ! Bisous



Armoni 08/03/2011 23:30


Je ne connais pas cette région du VietNam mais je la découvre avec plaisir grâce à vous, merci ! ;-)
Bon VietNam et à Hanoï à voir le spectacle de marionnettes sur l'eau. (réservez vos places à l'avance)


carole 09/03/2011 10:27



On est allé voir le spectacle de marionnettes, on a bien aimé, même si on s'attendait à autre chose. On a dû avoir de la chance, sans réserver à l'avance on a
assisté à la séance qui allait démarrer 1/2 heure plus tard, et pas mal placé en plus !



Martine (maman de Geoffrey ) 08/03/2011 20:11


Bien rigolo ce texte avec le passage sur la voisine de derrière avec son casque et sa nouille coincée !


carole 09/03/2011 10:04



et en plus rien n'est inventé !!!


Alors ce vélo ? comment va t'il arriver au Portugal ???



Nuevo ! traduccion en espanol

Catégories