Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 15:58

Ben voilà, nous y sommes. Encore un bout du monde. L’île de Pâques. Dire que ça nous fait drôle d’être là est un doux euphémisme. L’île de Pâques, c’est un (petit) bout de caillou perdu au milieu de rien.

à 4000 km à l’ouest : rien

à 4000 km à l’est : rien

à 4000 km au nord : rien

à 4000 km au sud : rien

On se demande d’ailleurs comment les explorateurs sont tombés dessus (d’ailleurs, ils ne sont tombé dessus qu’au 18e siècle). L’île de Pâques au milieu du Pacifique, c’est un peu l’aiguille au milieu de la botte de foin.

Mais l’île de Pâques, c’est surtout ces alignements de grandes statues de pierre dressées : les Moaïs

 

101116 (79)

 

A ce stade, et avant d’aller plus loin, il convient de vous raconter un brin d’Histoire - avec un grand H, même si rien de ce que je m’apprête à vous raconter n’est sûr, vu que la tradition orale des pascuans a pris un sacré coup pendant les massacres du 19e siècle. Ces précautions étant prises, allons-y.

Les premiers habitants de l’île sont arrivés il y a environ 1500 ans, probablement en provenance des Marquises. Le premier roi dont je vous épargnerai le nom aurait débarqué avec son grand bateau digne de l’arche de Noé sur la plage d’Aka Tena et aurait découpé l’île en une douzaine de tranches (comme un cake) dans lesquelles chacun de ses fils auraient créé son clan.

A cette époque aurait commencé le culte des moaïs. Ces statues de pierre étaient taillées puis édifiées à la mort du chef d’un clan. Pour économiser le bois, les corps des chefs de clan n’étaient pas brûlés mais mis à sécher pendant 2 ans, ce qui laissait donc 2 ans pour tailler, transporter et dresser le moaï. Les plateformes ayant plusieurs moaïs représentent donc plusieurs générations. Pour montrer sa puissance, chaque clan érigeait des moaïs de plus en plus grands.

 

101116 (16)

 

Savez-vous ce que signifie le terme Moaï ? Selon notre guide Cathy, il est composé de « Mo » et de « aï » (jusque-là on est d’accord) qui signifient « phallus » et « prêt à travailler » (autrement dit, bite au garde-à-vous, ou verge en érection si vous préférez), ce qui veut dire qu’on n’a rien inventé et qu’au jeu de « t’as vu, j’ai un kiki plus gros que toi ! », les pascuans nous ont précédé de 1500 ans, nous, on a juste remplacé les moaïs par des 4x4 ! Quant au chapeau, il représente la vulve (remarquez que la femme est représentée au-dessus de l’homme, ce qui est rarissime dans les civilisations), et donc, le moaï avec son chapeau représente la fertilité.

L’âge d’or de l’île et du culte des moaïs a duré près de 1000 ans, mais au 17e siècle, une surpopulation de l’île aurait déclenché des guerres entre les clans.

 

101116 (4)

 

Ces guerres ont mis brusquement un terme au culte des moaïs – il reste d’ailleurs dans la carrière de moaïs près de 80 statues en cours de fabrication. Il fut remplacé par le culte de l’homme-oiseau, illustré par de pétroglyphes sur les rochers et dont le sanctuaire se situait sur le site d’Orongo au faîte du volcan Ranu Kau. Cette période coïncida avec une forte décadence du peuple pascuan (les ressources naturelles étaient quasiment épuisées, et la population encore trop nombreuse diminuait).

Le 19e siècle avec les missionnaires évangélistes et les esclavagistes sud-américains donna à grands coups de fusil le coup de grâce à la culture pascuane.

Jusqu’au début des années 60, où la population s’est réduite à une grosse centaine d’individus, les pascuans n’avaient pas de droit de vote ; ils étaient même parqués dans leur village d’Hanga Roa qui étaient entourés de barbelés, tandis que l’état chilien louait des concessions aux éleveurs de moutons anglais qui élevaient leurs bêtes sur le reste de l’île.

Aujourd’hui, l’île vit quasi exclusivement du tourisme et malgré leur histoire tourmentée, les pascuans n’ont pas de rancœur et ont une douceur de vivre à faire passer les sud-américains pour des gens stressés.

Bon, voilà, le décor est planté. C’est important pour comprendre l’île, sinon, ça se résume à quelques statues de pierre et une carte postale suffit...

Mais revenons-en à nous, parce que je sais bien que c’est ce qui vous intéresse le plus (non ? ah bon – vanité, quand tu nous tiens...).

Un peu comme Ushuaïa, la beauté de l’île tient plus de ce que l’on y ressent que de ce qu’on y voit. L’île est belle, c’est certain ; elle ressemble par ces côtes volcaniques découpées aux îles Galapagos.

 

101117 (2)

 

Les cratères des volcans sont magnifiques

 

101118 (25)

et il y a de jolies balades dans plusieurs recoins qui valent le détour.

Il y a meme une plage de sable fin.

 

101116 (93)

 

Mais se trouver devant l’alignement des 15 moaïs sur l’Ahu Tongariki est vraiment impressionnant.

 

101116 (60)

 

Ces 15 colosses, tels une équipe de rugby pendant les hymnes, qui se tiennent-là, impassibles (pas tout à fait impassibles, ils avaient été mis à bas par les guerres intestines, déplacés par un tsunami, puis remis en place grâce à la générosité d’un mécène japonais) malgré les siècles, feraient passer le haka le plus terrible des All-Blacks pour une douce farandole.

 

101115 (38)

 

101115 (49)

 

Et que dire du coucher de soleil face à l’Ahu Tahai et son moaï à la tête découpée. Quant à la carrière sur les flancs du volcan Rano Raraku, c’est tout simplement magique de voir ces statues en cours de façonnage, immobiles, témoins muets de ce qui s’est passé ici depuis des siècles.

 

101116 (39) 101116 (40)

 

Oui, cette île est mystique....

 

Et pendant ce temps-là... Paul prend des photos de sa bouche (y a du boulot pour les orthodontistes...)

101118 (24)

 

D'autres photos (de l'ile, pas de la bouche de Paul) dans l'album Chili

Partager cet article

Repost 0
Published by Fabien - dans Chili
commenter cet article

commentaires

ludovic Archilla 30/11/2010 01:48


Salut les Fourcados,
felicitations pour votre voyage et votre blog, c'est toute une inspiration pour notre petite famille. Nous avons decidé de faire le saut nous aussi l'année prochaine. On est en plein préparatif.
J'aurais d'ailleurs quelques questions pour vous si vous permettez. J'imagine qu'a Tahiti vous avez autre chose a faire mais je ne desespere pas ! Pourriez vous me donnez votre e-mail SVP. Les
questions principales sont budgetaires (le nerf de la guere)surtout pour la polynesie et la nouvelle zelande
merci d'avance, profitez en bien et continuez a nous faire saliver !!!
Ludovic


carole 07/12/2010 06:44



Tu peux nous contacter en privé en allant dans le menu du haut, cliquer sur j'aime ce blog, puis choisir contacter le bloggeur. On pourra vous donner pleins d'infos
sur le budget, les hébergements, etc... Précise-nous juste les pays.A+


 



Xilbi 22/11/2010 09:20


Splendides photos...un belle leçon d'histoire lue à mon loulou de 12 ans qui adore les Moaï.
Bonne continuation.


carole 25/11/2010 22:14



Les Moaïa fascinent petits et grands... on ne sait pas trop pourquoi !



Frédérique 22/11/2010 05:57


Juste envie de manger une bonne glace... Non je plaisante.
Un grand merci pour ce cours d'histoire qui donne envie d'en savoir davantage et d'avoir ce ressenti dont tout le monde parle.
A bientôt


carole 25/11/2010 22:11



Il faut y aller Frédérique, surtout maintenant que vous en avez pris pour 3 ans !!!



Les bidartars 21/11/2010 10:32


Bonjour à tous. Nous vous suivons avec toujours autant de plaisir. Paul, n'a t il pas mangé trop de chocolat à l'ile de ..............Pâques?

A plus...


carole 25/11/2010 22:05



Paul pensait effectivement trouver plein d'oeufs...la déception totale !


On avait oublié de préciser qu'elle a été découverte par un navigateur Hollandais le jour de Pâques, d'où le nom.



Charlène 20/11/2010 13:10


Magnifique ! J'ai envie d'y aller moi aussi. Merci pour cette leçon d'histoire, ces photos et votre pointe d'humour. Bise.
ps : belle dentition Paul !


carole 25/11/2010 22:02



Si on a l'occasion, il ne faut pas louper cet endroit, c'est vraiment chouette !



Nuevo ! traduccion en espanol

Catégories