Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 11:34

Préambule : dans ce premier chapitre de nos aventures au Tibet, il est probable que 

malgré la beauté époustouflante des paysages traversés, la rudesse et la gentillesse

des habitants des hauts plateaux et la chance que nous avons d'être témoins de cette

culture richissime,seront évoqués ici ou là certains désagréments qui (à notre avis) 

ne font qu'ajouter du piment à notre périple. D'avance pardon !

 

Kathmandou, jeudi 26 mai, 6 heures du mat. Le guide et son 4x4 sont 

bien là. Nous embarquons direction la Chine. La partie népalaise du 

voyage se passe bien, même si la route, empruntant des vallées 

magnifiques, est globalement en sale état. Quelques check points de 

la police émaillent le trajet, mais un  simple bonjour de la main de notre guide suffit à faire lever les barrières. 

Nous croisons bon nombre de bus locaux bondés tant à l'intérieur 

que sur le toit. Mes vertèbres étant mises à rude épreuve dans notre 

confortable véhicule, je n'ose penser aux passagers du bus ! 

Après 3 heures à ce régime, nous arrivons à la frontière. La sortie 

du Népalse passe sans problème, un coup de tampon sur les passeports,

 et zou ! 

Habituellement, quand vous traversez une frontière terrestre, vous 

avez le poste de douane du pays d'où vous sortez, une zone d'une 

à plusieurscentaines de mètres au milieu de laquelle se trouve la 

« ligne frontière » et dans laquelle vous circulez librement jusqu'au 

poste de douanes du pays vous souhaitez entrer. Ici, entre les 2 postes, 

sur la ligne frontière côté chinois, 2 militaires nous accueillent avec en 

guise de « Bienvenue dans l'Empire du Milieu », un contrôle minutieux 

de nos passeports et de notre visa. Il m'a même demandé d'enlever mon 

chapeau, mes lunettes de soleil et ma perruque. Nous sommes finalement 

autorisés à faire nos premiers pas en Chine, jusqu'au poste de douane, 

où un nouveau contrôle minutieux sera effectué (puisque je vous dis que ce 

n'est pas une perruque...), nos sacs scannés 2 fois et fouillés (on a quand même 

réussi à sauver notre Guide du Routard contenant une propagande occidentale abjecte). 

Nous finissons par être autorisés définitivement à rentrer au Tibet, et 

rencontrons le guide qui nous accompagnera pendant notre séjour (enfin, 

quand je dis guide, je devrais dire plutôt accompagnateur, ou, si jétais parano, surveillant...).

 Le 4x4 côté tibétain est en bon état, mais il n'a que 5 places et nous 

sommes...7. Peu importe, nous sommes impatients de découvrir le Tibet. Nous déjeunons rapidement (nous venons subitement de passer de 11h15 à 

14 h en quelques secondes) et attaquons la montée vers notre première

 étape : Nyalam.

Nous montons de 1 800 m à 3 750 m d'altitude en 2 heures. La route est 

en très bon état et entrecoupée de check points toujours aussi consciencieux 

(arrêtez de tirer mes cheveux, je vous dis que c'est pas une perruque). Il n'y a pas de 

délit de sale gueule en Chine, car à notre surprise, tout le monde est (sur)contrôlé de la même manière : étrangers, tibétains et han se plient 

aux mêmes procédures. 

Nous arrivons à destination de bonne heure, et allons faire un tour. Nous 

rentrons vite à l'hôtel car le mal de l'altitude commence à se faire sentir. 

Il se fera sentir toute la nuit surtout pour Carole qui aura mal à la tête et 

Paul qui sera nauséeux toute la nuit.

Après la nuit dans une chambre sommaire mais propre, et sans douche 

puisqu'il n'y en a pas (on était prévenu : pas de douche les 3 premiers jours, mais

 comme nous avait dit le gars de l'agence : pas de problèmes, au-dessus de 4000 m, il n'y en a pas besoin...)

Nous repartons le lendemain pour une courte étape vers Tingri à 

4 300 mètres.

L'intérêt de cet arrêt est de s'acclimater à l'altitude avant l'étape du 

lendemain.La route emprunte des paysages sublimes et des villages 

pittoresques de montagnes. Partout flottent les drapeaux de priere. Nous avons une petite émotion en apercevant nos premiers yaks et 

au détour d'un virage, pour la première fois l'Everest. 

A Tingri,Nous faisons une rapide ballade dans ce village fantôme de Far West et revenons nous reposer 

à l'hôtel, car tout le monde est un peu patraque, surtout Paul dont 

les nausées ne passent pas, ce qui nous inquiète un peu.

Nous partons le lendemain matin pour l'étape qui nous fait frissonner 

depuis des jours : nous montons jusqu'à Ronbuk et le camp de base 

de l'Everest. Nous quittons très vite la route asphaltée pour une piste nous rappelant 

nos épopées andines. Tout au long de la route, le paysage sera à 

couper le souffle.

Cela ressemble aux Andes, mais en 10 fois plus grand, 10 fois plus haut, 

10 fois plus magique. Le ciel est dégagé (d'un bleu...), on aperçoit au 

loin les géants himalayens, tels le Cho Oyu (je vous laisse chercher son 

altitude) et l'Everest, semblant narguer les cieux. Nous arrivons au camp 

de base où nous dormirons ce soir. Tiens, ça m'avait échappé qu'on allait 

dormir sous la tente à 5 200 m d'altitude. En fait de tente, il s'agit d'une 

espèce de yourte rectangulaire (surtout pour l'aménagement intérieur), dont le 

revêtement extérieur est composé de 2 couches de plastique 

(je connaissais le double vitrage, j'ai découvert le double plastiquage... Je ne saurais 

que trop vous recommander de vous en tenir au double vitrage). La vue sur 

l'Everest est extraordinaire ; on n'arrive pas à s'en dégager malgré le 

froid. Paul est toujours mal ; aussi, il ne vient pas avec nous au camp 1 

(à quelques 5 500 m, le top de notre tour du monde) et Mathilde préfère rester 

avec lui. Nous montons donc avec Louis. En fait, l'endroit est gardé par 

des militaires etnous avons le droit uniquement de descendre du 

minibus, de prendre des photos à 100 m de là et d'attendre le minibus 

du retour. J'aurais bien envie de monter jusqu'à un belvédère où la vue 

doit être unique, mais la guide nous l'a interdit (on sais jamais, des fois qu'on

 voudrait fuir vers le Népal à travers l'Everest...)

J'ai quand même envie de braver l'interdit mais me ravise lorsque 

3 touristes Chinois intrépides l'ayant bravé se font récupérer par 2 

soldats pas souriants et prennent le savon (et probablement l'amende) 

de leur vie.

Nous discuterions bien avec les pasteurs tibétains présents avec leurs 

troupeaux de yaks, mais la communication est plus que difficile.

Nous redescendons et visitons un monastère et rentrons sous la tente. 

Nous nous couchons après avoir admirer le coucher de soleil sur 

l'Everest (la classe mondiale !).

La nuit sera certainement la pire de notre voyage. Nous dormons 

tous ensemble dans la pièce commune et Paul est toujours nauséeux.

Noussommes bien couverts et n'avons pas froid (du moins tant qu'on ne sort 

pas 1 cm² depeaude notre duvet). Entre les nausées de Paul et le mal de 

l'altitude qui me prend au milieu de la nuit et qui me donne un mal de crâne

terrible dès que je bouge un cil (heureusement, les yeux fermés, je n'ai pas 

besoin de bouger un cil), j'arrive à dormir à peu près une demi-heure. Le lever est terrible. 

Il fait moins 10 dehors, et 8 dedans ; dur de sortir du duvet... La récompense n'en est 

que plus belle : un magnifique lever de soleil sur l'Everest.

Après un bon petit déj, nous repartons vers des altitudes plus 

clémentes, mais ça, c'est une autre histoire...

 

 

PS 1 : nous sommes descendus depuis à 4000 mètres et Paul va bien

 

PS 2 : pardon pour la mise en page

 

PS 3 : vu comment je galere pour la mise en page, je renonce a inclure les photoa. Reportez vous a l'album "Chine" 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fabien - dans Chine
commenter cet article

commentaires

Frédérique 07/06/2011 10:23


Conte le mal des montagnes il y a la feuille de coca... mais certainement pas au Tibet.
Encore un exploit et des souvenirs pleins les yeux et la tête.
Bisous à vous cinq. Nana


carole 08/06/2011 16:39



ça avait bien fonctionné en amérique du sud, mais au Tibet, y'en a pas !!!



Fred & regis 04/06/2011 08:53


Profitez bien de cette journée du 4 juin.........


carole 08/06/2011 15:54



On a pensé à vous...on était dans le train Lhassa/Pékin. 48 heures !!! On a vraiment beaucoup pensé à vous !!!!



sandrine 03/06/2011 15:12


Peut etre un bon projet :p :p mé si tu ajoutera des photos avec ce texte sa seras mieux :p :p j'attend les photos lol


carole 08/06/2011 15:52



Les connexions internet étant trèèèèèès longues, comme on ne veut pas passer 4h à finir un article, on met les photos dans les albums et pas forcément toutes celles
qu'on voudrait sur les articles ;-((. promis, quand les connexions seront meilleures, on refera des articles avec plein de photos, c'est plus sympa à lire !!!



Joelaindien 02/06/2011 11:00


Très beau projet !
bonne journée


carole 08/06/2011 15:38



Merci !!! bonne journée aussi.



Arnaud 01/06/2011 23:09


Whouaou ! Bon par contre faites gaffe quand même....


carole 08/06/2011 15:37



T'inquiétes, on a l'intention de revenir en forme ! (en plus Mathilde va bientôt avoir 16 ans, l'age légal pour bosser, on n'a pas l'intention de gacher !!!)



Nuevo ! traduccion en espanol

Catégories