Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 14:25

 

Nous voilà à Bali, dernière étape de notre raid dans le Sud-Est asiatique. On passe 2 jours à Legian, juste pour se rendre compte que si on n’a pas entre 17 et 22 ans ou qu’on n’est pas surfeur australien body-buildé accompagné d’une bimbo tatouée des chevilles à l’omoplate, cette station balnéaire (couplée à la célébrissime Kuta) n’a aucun intérêt. Remarquez, on nous avait prévenu, mais bon, nous on préfère constater par nous-même, quitte à perdre 2 jours.

Nous fuyons donc vers Ubud, centre spirituel et culturel de l’île, où nous espérons trouver le fameux Spirit of Bali.

 

110403 (24)

 

Vu les 38° et 97% d’humidité, nous cassons la tirelire pour nous offrir (de nouveau !) un hôtel avec piscine.

 

110403 (04)

Il nous servira à la fois de base arrière avant les balades à Ubud et alentours et de retraite pour se rafraîchir et se délasser après. Car des kilomètres à pied (ça use, ça use...) nous allons en faire. C’est le meilleur moyen de déambuler dans les rues, les rizières, les forêts pour essayer de palper l’atmosphère et la douceur de vivre balinaise. Car c’est bien de cela qu’il s’agit.

 

110403 (06)

 

Des paysages de rizières à couper le souffle, une atmosphère mystique et envoûtante avec partout des temples dédiés aux dieux dans chaque maison, chaque rue, chaque village, chaque champ, et partout des cérémonies, des offrandes. Des cours d’eau circulent en toutes parts, formant un réseau d’irrigation ingénieux traversant les bourgs et arrosant les rizières et les champs, avec partout l’écoulement de l’eau qui vous apaise. Et puis par-dessus tout, le sourire et la gentillesse des Balinais. Tout est là, qui vous fait vous sentir bien, tout simplement.

Nous sommes tout d’abord un peu désarçonnés. Dans notre imaginaire, Ubud, c’était un village au milieu des rizières, avec de n’importe quel endroit, de n’importe quel hôtel, une vue imprenable sur les rizières. Alors, c’est pas tout à fait faux, mais pas tout à fait vrai non plus. En fait, lorsque le premier soir, nous demandons à l’hôtel où nous pouvons aller voir des rizières, ils nous répondent « à 10 km ». En fait, les rizières que nous voyions dans le centre du village sont toutes petites et là seulement pour enjoliver la ville et permettre aux hôtels de justifier leurs chambres « avec vue imprenable sur les rizières ». Pas grave, il suffit en fait de sortir du village pour les trouver les rizières (en fait 1 km suffit largement), et elles sont réellement magnifiques.

 

110406 (51)

 

En plus, elles font partie intégrante de la culture balinaise et sont le ciment de la société à Bali. Chaque famille cultive sa parcelle qui lui donne le riz dont elle a besoin pour se nourrir et tirer un petit revenu pour subsister.

 

110402 (09)

 

3 récoltes rythment l’année. Une de riz blanc (pour manger), une de riz noir (dont on fait l’alcool de riz), et une de riz rouge (dont on se sert pour faire des gâteaux de riz). A chaque fois, c’est un travail harassant pour piquer, désherber, récolter... Parce que même à Bali, le sol est bas.

Entre deux balades dans les rizières, nous déambulons dans les rues d’Ubud, où nous pouvons apprécier l’offre artistique. Sculptures en bois, en pierre, peintures traditionnelles, cerfs-volants, objets d’arts métalliques... L’artisanat est ici très développé, et même s’il cible de plus en plus les touristes, il est encore majoritairement destiné à orner les multiples temples et monuments de culte balinais.

C’est d’ailleurs très spectaculaire de voir les cérémonies. Bien que de religion bouddhiste, elles n’ont pas d’équivalent ailleurs en Asie (de ce que l’on a pu voir). Les familles se réunissent en habit d’apparat, préparent des offrandes pour les divinités, attendent les moines qui leur versent une sorte d’eau bénite, puis se recueillent et font des sortes d’incantations auxquelles on ne comprend rien. Après cela, les membres de la famille ont l’air apaisé. Il n’est pas rare lorsqu’on demande à quelqu’un comment il va de s’entendre répondre « bien, je suis heureux, j’ai prié ». Ce qui est surprenant, c’est qu’il y en a tous les jours. Les célébrations ne sont pas collectives (comme Pâques qui est le même jour pour tout le monde par exemple), chaque famille à son jour.


Cerise sur le gâteau, on rencontre un homme extraordinaire. Sur les conseils de la famille Lellu, nous prenons contact avec Dolit, un des derniers peintres traditionnels balinais. Il va nous emmener en excursion... dans les rizières.

 

110406 (57)

 

Ce n’est pas un guide « officiel », il nous sort donc des sentiers battus. Il ne nous emmène pas de magasin en échoppe et d’atelier en magasin où toutes les étapes ne sont que prétextes à des achats commissionnés. Il nous guide donc dans les rizières près de son village, nous explique le fonctionnement, des rizières, des cérémonies, nous donnent quelques clés pour essayer de comprendre mieux cette île. Il nous invite à déjeuner chez lui et nous pouvons admirer ses tableaux d’une finesse exceptionnelle et qui lui demandent parfois plusieurs semaines de travail. Quand on lui demande le prix d’un tableau, il est gêné de nous dire qu’ils coûtent une dizaine d’euros, et est encore plus gêné lorsqu’on lui dit qu’on lui en prend 3. Du coup, il nous en offre un de plus. Et le soir, il faut insister lourdement pour qu’il accepte le pourboire en remerciement de la balade, du repas, du transport... Encore une belle rencontre, de celles qui rendent notre voyage magique (par moments...).

 

110406 (54)


Pour couronner le tout, et se remettre de nos émotions, direction la salle de torture pour un massage balinais. Celui-ci est différent du massage thaï. Le massage thaïlandais vous triture au niveau des articulations et de quelques points vitaux (un peu comme un ostéo), alors que le massage balinais vous malaxe au niveau des muscles jusqu’au plus profond des tendons. Mais après 90 minutes de ce traitement de choc, on est détendu comme jamais, en pleine lévitation... C’est pas compliqué, à Bali, je vole !!!!

 

PS : j'ai un peu de mal à télécharger les photos, vue la lenteur d'internet ; venez régulièrement sur l'album Bali.

Repost 0
Published by Fabien - dans Bali
commenter cet article

Nuevo ! traduccion en espanol

Catégories