Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 11:15
Départ de Raiatea. Ce coup-ci, on prend l’avion vers Papeete. La bonne nouvelle du jour, c’est que le vol a une escale à Bora. On ne pensait pas y revenir si vite... Et même si l’escale ne dure que 10 minutes, elle nous permet d’admirer et photographier la beauté du lagon vue du ciel.

101206 (24)

On peut d’ailleurs voir aussi Raiatea,

101206 (32)

 

Tahaa et Huahine, seule île de la Société que nous n’aurons pas visitée. Là encore, les dégradés de bleu des lagons nous offrent des images inoubliables.

 101206 (11)

Nous atterrissons à Papeete et courons prendre le Ferry qui doit nous emmener sur l’île de Moorea à quelques encablures de Tahiti.

Nous prenons possession de la maison que nous avons louée au bord de l’océan (et oui, même si ça devient rare en ce moment, il peut nous arriver accidentellement de payer notre hébergement).

101206 (33)

Malheureusement à cet endroit le lagon est très étroit et la houle passe par-dessus le récif corallien et nous empêche de nous y baigner. Qu’à cela ne tienne, notre voiture de loc nous permettra d’aller nous balader et nous baigner dans les endroits plus propices. Au moins, nous n’avons plus de moustiques !!!

Moorea s’avère être une île aussi belle que les précédentes. Elle est plus grande et plus peuplée que Raiatea ou Bora, mais son lagon est très beau et ses montagnes à l’intérieur magnifiques. Nous sommes gagné par le fiu. Nous prenons notre temps, no stress. Pas de violence, c’est les vacances... On prend du bon temps, au restau des Tipaniers pour un délicieux poisson cru dans un cadre enchanteur, au Ttiki Village pour un spectacle de dans polynésienne, au lagoonarium pour un snorkelling de ouf avec des milliers de poissons multicolores (on s’en lasse pas !), des raies grises, des requins à pointe noire, à l’hôtel Intercontinental que nous visitons sous prétexte de demander les prix des animations (hors de prix) qu’il proposent, dans les plantations d’ananas.

101207 (32)101207 (11)

101207 (4)101208a (10)

101208a (21)101208a (17)

 

Et toujours, ces odeurs de tiaré, de frangipanier, ces bougainvilliers exubérants, ces hibiscus flamboyants. Et toujours l’incroyable gentillesse des Polynésiens. Bref, 3 jours tranquilles et agréables avant de revenir sur Tahiti terminer notre séjour polynésien.

 

On est récupéré par nos Voisin (dingue, ils font 15000 km et à l’autre bout du monde, ils se retrouvent chez les Voisin). Mais non, pas nos voisins, nos Voisin, Laure et Olivier. Ils se montrent une fois de plus adorables dans leur façon de nous prendre en charge et de nous concocter un programme aux petits oignons, se démenant pour notre plaisir.  On parcourt la balade des jardins d’eau (ça grimpe, fait chaud !!!), et on arrive sur un superbe panorama ou se trouvent des tables et des bancs pour pique-niquer. Seul hic, la glacière est restée dans la voiture, 3 250 m plus bas. Soucieux du bien-être de nos épouses et de nos enfants, Olivier et moi, assistés de Louis, prenons notre courage à 2 mains et la glacière sur l’épaule pour le remonter vers notre aire de pique-nique idéale (mais était-il nécessaire de prendre 85 kg de provision pour un pique-nique ????). Au bord de l’apoplexie, nous achevons l’ascension de notre Everest Polynésien sous les hourra et les bravo et nous offrons une Hinano bien fraîche et bien méritée. (nos épouses, soucieuses du bien-être de leurs époux, ne nous demanderons plus rien pendant 3 jours...)

101210a (18)

La Hinano, c’est la bière made in Tahiti, avec comme logo, la vahinée aux 4 orteils. Une véritable institution ici (d’ailleurs, gage de qualité, le PDG de la braserie qui distille la Hinano s’appelle Fourcade).

Les derniers jours seront consacrés aux emplettes, à la préparation de notre départ et aux retrouvailles/adieux (au revoirs ?) avec les personnes que nous avions rencontrées. Enfin, pour notre dernier jour, nous sommes invités chez nos nouveaux copains André et Danièle où nous sommes interviewés par une journaliste de la Dépêche de Tahiti autour de la piscine (de vraies stars...). Mais il est déjà l’heure de rentrer préparer les sacs.

Ben voilà, la page polynéienne,va se refermer. On décolle demain pour la Nouvelle-Zélande. Exusez les futes de frape, mais écrire avec des lames dan les yeux, cest pas facile, en plus, le clavier est tout mouillé et les doihts glissebt dessus.

Notre séjour aura dépassé de loin tous nos rêves, toutes nos espérances. Nous avons pu découvrir cette magnifique région du monde dans les meilleures conditions imaginables grâce à toutes les personnes rencontrées.

Même si nous ne l’avons pas mentionné ici, comme nous avons fréquenté des « vraies gens », nous avons pu aussi touché du doigt les fléaux et les problèmes qui menacent ou qui frappent la Polynésie et qui font que les 15 prochaines années seront déterminantes pour l’avenir de cet archipel de rêve. Car malgré tout, ce sont bien des îles de rêve. Tahiti, Maupiti, Bora Bora, Raiatea, Tahaa, Moorea comptent parmi les endroits les plus beaux que j’ai pu connaître. Ajoutez à cela l’extrême gentillesse des polynésiens et vous obtenez le paradis.

Et comme l’ont dit les Ducasse, au Paradis, on rencontre des gens merveilleux. Alors, on voudrait une fois de plus vous remercier, vous qui avez fait de notre séjour ce moment inoubliable : Laure, Olivier, Ioni et Teiva, Sylvain, Frédérique, Thierry, Christopher et Tiffany, Maggy et Olivier, Françoise, Janine, Olivier, Lucien, Colette et Louis, Isabelle et Pierre, Isabelle, Olivier, Ludovic et Elodie, Christophe et Fabienne, Danièle, André, Benjamin, Myriama et Savannah, et flottant par dessus ce joli monde, le mana alsacien d’Emma. On a une dette incroyable envers vous, si on a tant aimé la Polynésie c’est grâce à vous. On ne se connaissait pas il y a 3 semaines, je n’ai pas peur de dire que vous êtes nos amis aujourd’hui.

Mauruuru et Nana

101127 (13)

 

Repost 0
Published by Fabien - dans Polynésie
commenter cet article
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 18:21

Notre 4ème destination sera Raiatea et son île sœur Tahaa, elles se partagent le même lagon.

Ici nous sommes accueillis par la famille Boutot.

Il y a le papa : Olivier qui travaille comme FNB au Hilton de Bora (en gros le FNB gère tout ce qui a trait à la nourriture et aux boissons dans un hôtel).

La maman : Isabelle, c’est elle que je « connais » le mieux, par le biais de son blog qu’elle tient depuis leur installation en Polynésie.

Et les enfants : Ludovic (5 ans ½) et Elodie (3 ans ½).

 

101204 (29)

Isabelle et Elodie sont venues nous chercher à l’arrivée du Maupiti express avec une amie et sa voiture (et oui, une famille de 5 plus les bagages, même si on s’est allégé à Tahiti, ça prend de la place...). Colliers de fleurs, sourires, non on ne rêve pas c’est comme ça ici, tout le temps, et partout... Le bonheur ! (J’espère juste que d’ici la Russie on aura perdu notre sourire béat, sinon les douaniers vont trouver ça louche et on va avoir des problèmes pour les visas...).

On va passer 3 jours comme des coqs en pâte. Leur maison, située sur les hauteurs nous donne une superbe vue sur le lagon.

 

101204 (2)

On découvre Raiatea ses petits commerces, un vrai petit village.

On profite de notre passage pour faire une excursion avec Edwin Mama (enfin nous c’était son fils Yvan, très sympa, qui nous guidait). Au programme, snorkelling,visite d’une ferme perlière, d’une vanillerie, repas Tahitien à base de poisson, cru, en sauce vanille, en croquette, etc,etc, et pour finir tour de l’île en 4x4.

Ai-je besoin de vous dire que c’était extraordinaire ?

Le jardin de corail, un pur plaisir. Le principe est simple, on remonte à pied un bras de mer qui passe entre 2 motus, on se met à l’eau et on se laisse juste porter par le courant la tête sous l’eau avec un masque et un tuba, même pas besoin de nager, la seule difficulté c’est quand il faut enlever la buée du masque !

 

101204 (22)101204 (27)

101204 (10)101204 (12)

non mais vous voyez la transparence de l'eau ????


Bon le problème c’est qu’on avait emmené schtroumpf grognon et qu’il a décrété « Moi j’aime pas le snorkelling » 

??????!!!!!!!!!.........

Ça vous étonne si je vous dis que depuis qu’on est en Polynésie il n’est bronzé que du dos ?

La méthode là c’est de se répéter en boucle « j’aime mes enfants, je suis heureuse de faire ce voyage avec eux » C’est de la pure méthode Coué, ça évite de chopper un ulcère là tout de suite...

Bref il faut le raccompagner au bateau, en essayant de ne pas se noyer, (je rappelle qu’il a peur le pauvre amour...donc il s’accroche bien au cou, j’ai failli mourir asphyxiée !), rester prés de lui (on ne peut quand même pas laisser un enfant de 6 ans ½ qui ne sait TOUJOURS PAS nager, seul dans le lagon... si ?) , c’est ça va faire un château de sable (voix de tatie Danielle)

Heureusement Isa qui a fini son tour me propose de le garder avec sa fille.

Heureusement car ici le jardin de corail est vraiment extraordinaire, ils disent ici que c’est le plus beau de Polynésie.

Bon ok ils disent tous ça ! A chaque fois on les a cru sur parole et on n’a jamais été déçu !

On a vu plein, plein, plein de poissons et même une murène, c’était génial !!!!

Après ce petit moment dans l’eau, visite de la ferme perlière. C’était surtout intéressant pour l’explication du greffage de l’huître.

Ensuite en 4*4 visite d’une vanillerie...

101204 (50)101204 (46)

des milliers de gousses en train de mûrir, très peu de fleur car ce n’est pas la saison, des gousses en train de sécher, on en prend plein les narines.

101204 (51)

On a l’impression de se baigner dans la vanille, les gousses sont énormes, on sent les grains à l’intérieur (ça change des gousses qu’on achète à carref...ou ailleurs et qu’on paie l’équivalent du PIB du Bangladesh !).

Toutes ces crèmes Anglaises, ces gâteaux, ces compotes qu’on pourrait faire (et manger ;-)) avec tout ça !!!!!

(Puisque je suis en train de parler de bouffe, des gens sont arrivés sur notre blog en tapant « avoir un corps de rêve » sur google, Eh ouais !

Ça nous a quand même bien fait marrer !)

Le dimanche est aussi passé trop vite, entre papotage, saut du ponton dans le lagon (encore des milliers de poissons de toutes les couleurs, ça en devient presque lassant...non j’rigole !), jeu de société ... On n’a pas fait grand-chose, on était « fiu », et qu’est-ce que c’était bien !!!

 

On se sent bien ici... Enfin, je dis ici, pas qu’à Raiatea, on se sent vraiment bien en Polynésie.

A l’île de Pâques on avait la sensation d’être en vacances, ici on a la sensation d’être à la maison. Je ne sais pas si c’est le fait de parler Français, de lire Français ou si c’est l’ambiance, le bleu, les couleurs, la chaleur, les sourires, la gentillesse... L’avenir nous le dira, mais j’ai déjà la nostalgie. Le départ approche à grand pas et même si je me dis tous les jours « n’y pense pas, profite, remplis ta mémoire de toutes ces odeurs, ces couleurs, ces sensations » je sais déjà que pour moi ça va être un vrai déchirement de quitter cet endroit...

 

 

Repost 0
Published by carole - dans Polynésie
commenter cet article
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 09:48

Notre séjour en Polynésie touche à sa fin, rien que de l'écrire... Pour ceux qui le souhaitent, on (enfin plutôt Laure ;-)) organise une soirée aux roulottes, pour qu'on puisse rencontrer ou revoir tous les gens sympas qui nous ont accueillis, trimbalé, laissé des commentaires, enfin bref, ceux qui nous suivent et qui voudraient venir échanger quelques instants avec nous. La soirée est fixée au samedi 11 décembre, alors si ça vous dit, laissez un commentaire pour qu'on puisse réserver. A bientôt

Repost 0
Published by carole - dans Polynésie
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 20:14

Après 3 jours de rêve, nous quittons Maupiti le cœur gros, tristes de quitter cette île enchantée – en même temps, on part vers Bora-Bora, c’est pas le bagne ! – sur le bateau surpuissant d’un pêcheur de thon, rapport que la liaison régulière entre Maupiti et Bora a été supprimée le mardi. C’est donc après un peu plus d’une heure de traversée agitée (mon coccyx s’en souvient encore) que nous entrons sur le célébrissime lagon de Bora-Bora.

 

101130 (11)


Autant vous le dire tout de suite sans ménager le suspense, les 3 jours à Bora seront encore plus extraordinaires. Je pense qu’il doit être très difficile de « faire » Bora, dans des conditions meilleures que les nôtres, même en allongeant les billets.

Nous avons la chance d’être accueillis et hébergés par une famille charmante – les L. profs de sport de leur état – qui aiment leur île et qui ont décidé de nous y faire passer un séjour inoubliable. Déjà, Olivier, le papa, est de Saint-Pierre d’Irube (le monde est petit...) et est supporter de l’Aviron Bayonnais ; ça se présente bien.

 

101201 (59)


Ils habitent une grande maison à 2 pas du lagon (pardon, à un pas et demi), au niveau de la grande plage de Matira (la seule plage de l’île) dans un décor de carte postale et nous accueillent avec autant de chaleur que si on était de vieux potes de 20 ans (il y a à peine 3 jours, on ne s’était jamais vus) ; ça commence à sentir vraiment bon.

Ils ont une passion, la plongée. Ils sont calés (niveau IV, c’est le niveau où t’as plus besoin de bouteilles pour respirer parce que t’as des branchies qui poussent – le niveau supérieur, t’as plus besoin de palmes, t’as des nageoires), ils sont pédagogues (je vous rappelle qu’ils sont profs), ils ont un bateau et ils ont décidé de nous faire la totale; ça va être grandiose !

 

101130 (14)


On commence par une initiation à la plongée. Olivier me prend en charge,

 

101201 (11)

 

et Janine s’occupe de Carole puis de Louis.

 

101201 (43)

 

 

 

Mathilde est pas trop chaude et Paul trop petit. On fait donc le pas et demi qui sépare leur maison du lagon, on s’équipe, et nous voilà partis. On part direct de la plage et au bout de 20 mètres nous voilà dans 4 mètres de fond autour de patates de corail à observer des dizaines de poissons multicolores dont bien évidemment je ne me souviens plus du nom, mais je vous invite à chercher sur internet les poissons des lagons, ils y étaient tous (sauf Nemo).

 

101202 (3)

 

C’est fabuleux, et il faut bien admettre qu’un baptême de plongée à Bora, ça a de la gueule. On se tire bien de notre première fois, à la fois ravis, séduits et reconnaissants envers nos hôtes. Nous ne sommes qu’au début de nos émerveillements.

Nous prenons le bateau et nous dirigeons vers un autre spot de plongée. On en profite pour admirer l’île, le lagon et le bungalows sur pilotis des hôtels de luxe qui font la réputation mondiale de Bora-Bora.

 

101201 (82)


En arrivant, nous tombons par hasard au milieu du lagon sur nos tourdumondistes fétiches : les Ducasse ; à  chaque fois qu’on les rencontre, les journées qui suivent sont super.

Au programme de ce second spot, petite plongée bouteille pour moi et Mathilde (Bravooo !!!), puis snorkelling. Là, on jette un peu de pain dans l’eau et c’est la ruée ; on est bousculé de partout par ces petites bébêtes avides – quel spectacle !!!

 

101201 (6)

Nous rentrons épuisés mais avec des images plein les yeux. Nous couchons les enfants et partons siroter un petit rhum au bord du lagon (à un pas et demi j’vous dis...), sous les étoiles qui se reflètent dans les eaux limpides du lagon (non, là, je m’emballe, je deviens lyrique, l’eau on la voit pas, il fait nuit noire). On essaie de reconnaître les constellations du sud (on reconnaît la constellation de la souris et celle du singe...) et on compte les étoiles filantes (faites un vœu...).

Le lendemain, rebelote. Pas de plongée bouteille mais tour du lagon en bateau et snorkelling.

 

101201 (62)


Nous commençons notre virée par le motu tapu (un motu c’est un îlot) qui appartient à l’hôtel Hilton (hôtel dont on dit qu’il aurait le meilleur FNB manager du monde). Le gars de l’entretien nous permet d’y accoster et de le sillonner. C’est un motu où les clients de l’hôtel peuvent venir pique-niquer et jouer aux Robinson. C’est très joli, et d’ailleurs au moment où on y est, a lieu un shooting avec des mannequins pour une télé japonaise.

 

101202 (34)


Mais nous ne nous attardons pas sur le motu, car nous attend le morceau de bravoure du jour : nos retrouvailles avec nos amis les requins. Nous sortons donc du lagon et nous retrouvons en pleine mer avec nos masques tubas et palmes pour nager au milieu des squales. Ce coup-ci, tout le monde saute à l’eau ; même Carole, Mathilde et Paul. C’et encore très impressionnant, même si nous surplombons les requins (nous sommes à la surface et eux à 5-6 m en dessous). Nous ne verrons que des pointes noires. Malheureusement, pas de requin-citron.

101202 (7)

Nous rentrons à nouveau dans le lagon et en poursuivons le tour. Les dégradés de bleu turquoise à vert émeraude s’enchaînent dans le lagon. Parfois une raie léopard se laisse approcher par le bateau avant de s’échapper d’un coup d’aile.

Nous arrivons à notre dernier arrêt, un spot où on devrait voir des raies mantas. Nous plongeons (masques et tubas). La visibilité est moins bonne que dans le reste du lagon, l’eau plus chargée (sable en suspension, plancton ?). Nous sommes aux aguets. Tout d’un coup, elles apparaissent. Une, deux, trois, quatre, cinq ! D’énormes deltaplanes noirs et blancs, gueule béante pour capter le plus de plancton possible. Leur vol est majestueux, féerique. Ouah, quel pied !!!!

 

101202 (55)


 (la photo n’est pas de moi, c’est juste pour vous montrer ce que c’est – par contre c’est une de celles que nous avons vue, photographiée par un plongeur quelques jours plus tôt)

Nous terminons le soir aux roulottes de Bora où nous gouttons la spécialité sino-ploynésienne : le Chao Men (ne pas confondre avec le Txo-min).

Bora-Bora est vraiment une île et surtout un lagon magnifique. Probablement un des 10 plus beaux endroits de la Terre et mérite bien son surnom de « Perle du Pacifique ».

 

101201 (33)


Ce séjour à Bora s’est vraiment passé comme dans un rêve, comme l’image que l’on se fait de la Polynésie, le luxe des grands hôtel en moins, la chaleur et l’amitié de nos hôtes en plus; car c’est bien grâce à eux si Bora-Bora restera pour nous inoubliables. Un grand grand merci à Janine, Olivier, Lucien, Colette et Louis.

 

Serge et Sonia V d'Odos ont parrainé le 22 novembre. Fred et Nathalie M de tarnos ont parrainé le 1er décembre

Repost 0
Published by Fabien - dans Polynésie
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 08:04

Nous embarquons sur le Maupiti-express, (après une courte escale à Bora, où nous reviendrons plus tard), pour l’île de Maupiti.

Décrite partout comme la plus belle des îles sous le vent, un lagon aussi enchanteur que celui de Bora, mais sans le tourisme de masse, il n’était pas question pour nous de ne pas aller y faire un tour. Je vous passe les détails de l’organisation des déplacements inter îles en Polynésie, mais le fait est qu’on y a perdu quelques paires d’heures, heureusement que nos contacts Polynésiens (les anciens et les toujours là) nous ont aidé à y voir plus clair...

Le voyage se passe sans encombre, il y a très peu de houle et le « vomiti-express », comme il est surnommé ici n’aura pas eu raison de nos estomacs !  

On franchit la passe et là.....

Emerveillement total. Je n’ai jamais rien vu d’aussi parfait. Le lagon s’habille de toutes les nuances de bleu que la nature peut nous offrir. Quelque soit l’endroit où on regarde, c’est turquoise, vert, bleu ciel, bleu profond...

C’est juste beau.

 

101127 (3)101127 (7)

On avait réservé une pension « Maupiti résidence » ...

 

101128 (18)

 

101128 (17)


Accueillis comme il se doit avec des colliers de fleurs, par Laï.

Les pieds dans l’eau, tout le matériel à disposition (masque et tuba, jeu de plage pour les enfants, canoë, petit catamaran pour ceux qui savent naviguer, Transat pour s’allonger sur la plage pour se remettre de nos baignades, la vie est trooooop duuuuure !) J’en oublie sûrement tellement c’est LA PENSION PARFAITE, elle convient même à Fabien parce qu’en plus elle est moins chère que les autres, c’est dire !!!

Pendant 3 jours on n’aura pas eu une vie  facile, jugez plutôt : Levé  6h-6h30 (ce qui en Polynésie relève de la grass mat) petit déj, puis petite baignade pour se rafraîchir (bon je casse un mythe, l’eau le matin est un peu froide, c’est vrai 24-25°  alors qu'en journée elle monte à 28-30°...), quand on en a marre de se baigner on fait du snorkelling, quand on en a marre du snorkelling, on fait du canoë (ben oui mais c’est quand même pas facile de savoir dans quel ordre, et si on se trompe il faut sortir de l’eau pour aller chercher le bon matos, on n’y pense pas mais c’est des soucis tout ça ;-))).


101129a (89)101129a (6)

 

Bon quelquefois, vu qu’on est en saison des pluies...il pleut ; m’enfin moi qui connaît bien les climats en France, je préfère la saison des pluies en Polynésie que l’hiver chez nous. Ici il pleut une grosse fois et après c’est grand ciel bleu et pas, petit crachin perpétuel pendant 4 mois qui te mine le moral !

On en a profité pour faire le tour de l’île à vélo (ah oui ils les prêtent aussi à la résidence), on a pu avoir un point de vue sur quasiment toute l’île principale, acheter des ananas frais, du poisson cru à la Tahitienne (poisson cru avec de la coco râpée...trop bon) bon là on n’a pas de photos parce qu’il a fallu se faire au système de retro-pédalage , en gros pour freiner, il faut pédaler à l’envers... Ben dans les descentes, je ne faisais pas la maligne !

 

De notre logement on pouvait aller à pied en traversant le lagon sur un motu en face. De l’eau jusqu’aux cuisses au plus profond, quand on a trop chaud, hop on plonge.Bon d’accord, j'exagére un peu dans la vie parfaite, on a pris quand même quelques coups de soleil !!!

 

101127 (13)

 

Ce matin, on est parti faire un petit tour avec Sammy, qui organise des excursions sur le lagon.

 

101129a (75)

Au programme snorkelling, raies, requins, petite séquence frissons quand les requins s’approchent de Fabien et Louis, on a beau savoir qu’ils sont inoffensifs, moi je n’ai pas mis un orteil dans l’eau à ce moment là ! (J’avais par sécurité appris le code du coffre où sont gardés les passeports, on n’est jamais trop prudent !), on goûte aux coquillages du lagon.

 

101129a (66)

 

101129a (41)101129a (29)

 

Même après 3 jours c’est toujours aussi beau, Maupiti ne déroge pas à la règle, ici aussi les gens sont souriants, gentils,

Que c’est dur de se dire que c’est peut-être la dernière fois qu’on vient ici. On en prend plein les yeux et on essaie de remplir le disque dur interne de toutes ces images, ces couleurs, ces senteurs, qui définissent la Polynésie.

Je ne sais pas si on reviendra un jour, mais pour ceux qui sont actuellement en Polynésie ou qui envisage de faire ce voyage, il faut aller à Maupiti, c’est le rêve absolu !

 

101129a (88)

Repost 0
Published by carole - dans Polynésie
commenter cet article
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 07:34

Pendant notre voyage, nous avons pris l’habitude d’emprunter les itinéraires bis, loin des autoroutes touristiques. Les avantages sont multiples. D’abord, c’est moins cher (et là, je vais pas être hypocrite, c’est la première raison pour laquelle on les emprunte), ensuite, cela permet d’être au contact des autochtones et de voyager dans les conditions dans lesquelles ils voyagent eux-mêmes. Enfin, ça fait des souvenirs parce que des fois, les conditions de confort sont très très limites (dans ces cas-là, j’ai 2 arguments imparables pour faire avaler la pilule au reste de la tribu : 1 – c’est typique, et 2 – tu verras, dans quelques années on en rira, Carole me souffle 3 – ça fait aventure, argument du moment). C’est dans cet état d’esprit que nous avons décidé d’embarquer sur le cargo tahitien l’Hawaiki Nui, pour rallier Bora-Bora après une traversée de 14 heures (dont 3 à décharger à Raiatea)

 

101125 (4)


En plus, on aime bien le clin d’œil. Arriver à Bora-Bora, symbole mondial du luxe avec ses hôtels sur le lagon à 10 000 euros la nuit (ptit déj compris), dans un cargo, comme des sans-papiers albanais, on trouve que ça le fait bien (vous avez dit bo-bo ?).

Laure et Olivier nous emmènent donc sur le quai normalement réservé aux marchandises devant notre cargo flambant neuf – c’est une « deuxième main », avant, il s’appelait le Langlade et croisait du côté de Saint-Pierre et Miquelon (au moins, on aura pas froid) – et les dockers s’affairent à tout embarquer sur leurs clarks, avec la délicatesse d’un talonneur au milieu d’un regroupement.

Je dois avouer qu’à ce moment-là de l’expédition, je me demande si je n’ai pas été un peu présomptueux, quant à notre pied marin, et à notre seuil de tolérance du « confort » spartiate. Nous sommes quasiment les seuls popaas (les blancs de Polynésie) sur le quai au milieu de quelques familles polynésiennes rentrant sur Raiatea ou Bora.

Nous sommes invités à embarquer et pouvons découvrir nos appartements : 2 cabines de 2 lits superposés pour Carole et les enfants, et pour moi le pont supérieur. Finalement, j’aurai moi aussi ma couchette en cabine, les enfants ayant décidé de dormir tous ensemble – ce qui s’avèrera extrêmement judicieux, car une averse humidifiera singulièrement le pont pendant la nuit.

 

101126 (8) 101125 (6)


Nous dînons assez tôt, après avoir dépassé Moorea et avant que le soleil ne se couche, puis nous discutons avec les Polynésiens sur le navire. Le monde étant petit, je tombe sur une dame dont le fils vit à Pau, et joue au rugby à Coarraze-Nay ( jamais je n’aurais imaginé parler de l’équipe de rugby de Coarraze-Nay sur un cargo naviguant vers Bora-Bora). Je lui dis que nous faisons un tour du monde en famille et là, magie du bouche à oreilles (les Polynésiens sont de vrais concierges), chaque passager vient successivement nous voir en nous disant : « ah, vous faites un grand voyage, c’est bien çà ».Nous passons une bonne (courte) soirée et descendons nous coucher en même temps que le soleil.

La nuit est calme, comme la mer (ceci expliquant cela), même s’il fait une chaleur terrible dans les cabines (bateau conçu pour Sint Pierre et Miquelon, je rappelle). Nous parvenons malgré tout à dormir et nous réveillons juste après le lever du jour (raté pour les photos) alors que nous longeons les côtes de Tahaa au milieu du lagon. C’est magnifique et nous apercevons rapidement au loin la silhouette caractéristique de la perle du Pacifique.

 

101126 (4)

 

101126 (11)


Lorsque nous atteignons son célèbre lagon, le temps s’est couvert et les nuages atténuent l’éclat des couleurs lagunaires. Ce n’est pas grave, nous ne sommes qu’en transit aujourd’hui avant de repartir dès demain vers Maupiti ; nous aurons l’occasion de profiter davantage de Bora à notre retour dans quelques jours.

Finalement, ce périple aura été plus facile qu’on ne l’imaginait ; encore une aventure à ranger dans l’étagère à souvenirs.

 

Repost 0
Published by Fabien - dans Polynésie
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 20:21
 

Après 5mois ½ loin de chez nous, on a décidé de rentrer..................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................

Alors celle-la tout le monde la fait, je sais, mais je ne pouvais pas résister à continuer la chaîne des tourdumondistes : On est en France, plus précisément en Polynésie Française.

Ouaih beh en fait on est HYPER déçu, c’est vachement surfait la réputation de la Polynésie.

 


Ou pas.

Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, on est à Tahiti, on est à Tahiti, on est à Tahiti, on est à Tahiti !!!!!!

 

Bon on vous met des photos, mais on ne fait pas beaucoup d’article, mais le fait est qu’on est, Dé-bor-dé.

 

Pour la faire courte, on est arrivé dimanche soir (tard, très tard, on a fait une journée de 29h...) accueillit par Laure et Frédérique avec des colliers de fleurs (hummm l’odeur des tiarés et des tipaniers ou je ne sait quoi de toute façon ici tout sent bon).

On est logé chez Laure et Olivier (et leur 2 enfants Yoni et Teiva) et on n’a rarement vu des gens aussi sympas, gentils, accueillants, etc,etc... (et je dis pas ça parce qu’on est encore chez eux et qu’ils me menacent !).

Le premier jour Laure nous a préparé une « balade » (Olivier lui, bosse et les enfants sont à l’école) guidée par son collègue Sylvain, un Tahitien pur jus, amoureux de son île, qui nous a fait faire la visite de la vallée de Tefaaiti. Laure nous avait dis « on va traverser des gués, ça vous dérange pas de mouiller les chaussures de rando ? ». Attend qu’on lui répond, on est Los Fourcados, les chaussures en ont vu d’autres.

Ben en fait dans les gués, c’était pas les chaussures qui craignaient, parce qu’en fait, souvent, (9 fois !!!) on était dans l’eau jusqu’à la taille, avec du courant, des pierres qui glissent... Seul Sylvain avait l’air de les passer sans difficultés, pour les autres...c’était un peu le bal des crapauds ; et vas-y que je met le pied au MEME endroit que Sylvain et pourquoi je glisse moi ? AH je tombe « attention aux sandwichs » crient les autres solidaires.

A défaut d’avoir perdu Paul (il était souvent tout le temps devant nous) Fabien a perdu ses lunettes dans les flots impétueux de la rivière.

 

P1030479P1030447

P1030443P1030440


Une balade (nous on l’aurait plus classé en randonnée ...), mémorable, dans une nature à couper le souffle, c’est magnifique, c’est vert, ça sent bon, on peut se baigner dans les rivières et sauter dans les cascades (ça pour ceux qui ont le courage nécessaire, moi je préfère regarder...), manger les meilleures mangues que je n’ai jamais goûté...serait-on en train de rêver ???

 

Le 2ème jour, visite de LA ville de Tahiti : Papeete et des ses commerces, on achète des crocs pour se baigner sans risque et... on retrouve des livres en Français, bonheur total, il en faut peu pour nous, mais depuis notre départ notre stock a fondu comme neige au soleil, on a fréquenté assidûment les alliances Françaises et leurs bibliothèques mais le compte n’y était pas, tout le monde est ravi !

Petit tour au marché de Papeete.

 

101123 (7)101123 (5)

101123 (11)101123 (2)

 

Ses couleurs, ses senteurs, un régal pour les yeux et les sens. Premier choc culturel, on voulait goûter les « firi-firi », n’ayant pas de monnaie, ni nous ni la vendeuse, on lui dit qu’on va aller en faire et revenir, elle nous dit « prend, prends, tu viendras payer après »...du jamais vu pour nous. Un vendeur de babioles en tout genre nous fait un prix pour tout ce qu’on lui prend (4 cartes postales, des tatouages éphémères pour les garçons) et nous offre 2 savons au tiaré, sans qu’on lui demande rien...Bienvenue à Tahiti !

 

L’après-midi je pars avec Mathilde (truc de filles, les garçons nous laissent goguenards « bon nous on va se baigner à la Pointe de Vénus ») chez Frédérique qui a monté chez elle un atelier de création de bijoux, on papote, on papote, on papote, on se connaît par blog interposé, et le courant passe hyper bien. On fabrique notre 1er bracelet avec une perle de Tahiti, la classe internationale ! Le soir ils nous ont invité à manger et Thierry (son mari) nous a préparé une spécialité locale : le poulet fafa (et non fafou...) un régal !!! D’après ce que j’ai compris c’est du poulet préparé avec du lait de coco et l’épinard local, le taro, c’est assez long à faire, mais ça vaut le coup parce que c’est vraiment excellent. On a passé une EXCELLENTE soirée avec leurs potes « les poinpoin », militaires eux aussi en mission pour 2 ans.

Serait-on en train de rêver ???

 

Le 3ème jour, Françoise, nous propose de nous balader sur la côte ouest et la presqu’île de Tahiti. Au programme, visite du marae de Arahurahu,

 

101124 (13)

Ca c'est pas vraiment le marae mais le grand tiki qu'on a du décorer pour réussir notre défi

 

c’est un lieu ou le roi recevait ses homologues pour signer des traités de paix, pour faire des sacrifices (mais ils étaient rares)..., puis on longe le lagon. Ouah !!! la route est magnifique, le dégradé de bleu est sublime.

 

101124 (21)

Visite d’un vendeur de perle, baignade dans le lagon sur la plage Maui. Réflexe de Pavlov, en mettant le pied dans l’eau, j’ai eu un mouvement de crainte et j’ai retenu mon geste en craignant d’avoir froid... la débile... ici tu rentres dans l'eau sans réfléchir, l’eau doit être à 28°, c’est juste le bonheur !!!

 

101124 (46)101124 (54)

La presqu’île est très très belle, du bleu, du vert, du soleil, Françoise est vraiment ADORABLE, elle nous a montré plein de lieux et pourtant on est loin d’avoir tout vu.

Le soir on est allé manger aux roulottes avec Laure et Olivier, institution locale (les roulottes pas Laure et Olivier...quoique), on choisit sa roulotte en fonction de ce qu’on veut manger.

 

101124 (71)

 

Pour nous hier soir c’était poisson cru...

J’veux manger toute ma vie du poisson cru à Tahiti !!!!

 

101124 (76)101124 (77)

101124 (78)101124 (79)


Serait-on en train de rêver ???

 

On nous avait dit « Tahiti, c’est pas beau, c’est sale, y’a pas de plage »... Ben nous, ça nous plait beaucoup... beaucoup...beaucoup. En 3 jours on n’aura pas eu le temps de tout voir.

Tahiti c’est les balades en montagne, c’est la chaleur agréable tout le temps (hier il faisait 39° au soleil et on était juste bien), c’est la chaleur et l’accueil Polynésien. Il parait qu’ils ne sont pas suffisamment accueillants avec les touristes, que c’est trop cher, que les gens ne viennent plus... Nous on ne voit rien de tout ça, les gens sont TOUS super sympas, les avions sont bondés, les prix pour manger très accessibles (bon bien sûr il faut manger local, c’est comme partout, mais je préfère de loin le tartare de thon à la milanesa Bolivienne !), nous aurait-on menti ???

 

ICI C’EST LE PARADIS !!!!!!!

Repost 0
Published by carole - dans Polynésie
commenter cet article
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 19:39

Pas le temps de vous faire un article, mais je ne résiste pas au plaisir de vous mettre quelques photos de nos premiers pas en Polynésie.

J'essaie de vous mettre les paroles demain.

P1030427

 

P1030443

 

P1030447

 

P1030446

 

P1030456

 

P1030467

Repost 0
Published by Fabien - dans Polynésie
commenter cet article

Nuevo ! traduccion en espanol

Catégories