Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 10:34

Nous quittons le sud de l'île du sud trempés et frigorifiés ; 8°C à Noël vu de France, ça ne paraît pas exceptionnellement froid, mais vu de l'hémisphère sud où on pensait passer Noël au balcon avec de la crème solaire indice 40, ça caille (ça ne m'étonne pas que ce soient les Ecossais qui aient colonisé ce bout de Nouvelle-Zélande).
Nous remontons vers le Nord pour rejoindre Te Anau, porte d'entrée vers le célèbre Milford Sound. La route

entre Invercargill et Te Anau doit être superbe, mais nous ne voyons rien, rapport aux nuages qui ont décidé aujourd'hui de se poser à 50 m d'altitude. Heureusement, à Te Anau, ça se dégage.

Te Anau est au bord d'un lac éponyme, entouré de montagnes. J'ai souvent constaté pendant le voyage, que le paysage d'un lac entouré de montagne était toujours beau ; une rivière et du relief aussi, mais encore faut-il que la rivière soit photogénique, le top du top restant la montagne couverte de végétation se jetant dans la mer avec un éclairage de fin d'après-midi. Ma théorie se vérifie une fois de plus, ou alors, on devient moins exigeant et le fait de voir un décor autrement que sous la pluie nous le fait apprécier.

Après une petite ballade au bord dudit lac et un petit moment à jouer dans le parc pour les enfants, nous partons en quête d'un endroit gratuit pour dormir. Pas facile de trouver. Soit on reste près du centre-ville (peut-on parler de centre-ville pour un bourg grand comme Sainte-Marie-de-Gosse ?) où tout camping sauvage est interdit, soit on s'avance sur la route menant au Milford Sound. Nous décidons de rester près du centre-ville. Après avoir tourné près d'une heure, nous jetons notre dévolu sur un lotissement prêt à être aménagé mais sur lequel aucune maison n'a encore été construite. On a bien conscience de se poser sur une propriété privée, mais bon, on gêne pas vraiment et en plus, on a une jolie vue. Par acquit de conscience, après le dîner, je m'installe au volant avec un bon bouquin (la révolution des fourmis de Werber si vous voulez tout savoir), et j'attends jusqu'à 22h des fois que le proprio viendrait nous chasser. Comme à 22h15, il fait nuit, que je n'arrive plus à lire et qu'on ne s'est pas fait chasser, je me couche, serein, jusqu'à ce qu'à 23h30 un gars hirsute tambourine à la porte en baragouinant un anglais avec un accent à couper au couteau (l'accent Néo-zélandais du sud). Je parviens à piocher quelques mots tels que "Police", "fine" (amende), "private property", "leave" (partir) qui me font comprendre qu'on ferait mieux de déguerpir en vitesse, ce qu'a déjà fait le camping-car qui se trouvait sur le terrain d'à côté. On se retrouve donc à errer vers minuit pour trouver un endroit sûr où poser notre home sweet home. On trouvera notre bonheur dans la zone industrielle où personne ne viendra nous importuner (bon Ok, c'est moins glamour que le terrain avec vue sur le lac, mais finalement, c'est bien plus tranquille).


Malgré la nuit chaotique, on se réveille de bonne humeur, parce qu'aujourd'hui, c'est une étape phare de notre escapade néo-zélandaise : Milford Sound. Cétikoi Milford Sound ? C'est un fjord ; comme tout fjord, c'est un bras de mer qui entre dans les terres entre les montagnes. Sauf que Milford Sound, c'est le plus majestueux et le plus spectaculaire de Nouvelle-Zélande, un des plus beaux de l'hémisphère sud voire du monde. Un genre de fjord fiesta, qui mérite un fjord focus. Il y a même un trek mondialement réputé de plusieurs jours qui y mène. Le hic, c'est qu'il est très prisé, et comme les places sont limitées, il faut réserver près de 6 mois à l'avance. l'autre soucis, c'est que c'est une des régions les plus arrosées du monde (près de 7 à 10 mètres de précipitation chaque année), à vous faire passer la Normandie et la Soule pour des régions arides. Il faut donc bien viser pour y aller un jour sec ; ça tombe bien, on a une fenêtre météo favorable aujourd'hui.
La route qui y mène est très spectaculaire. Elle offre plusieurs point de vue spectaculaires, serpente dans la forêt, traverse des rivières torrentielles d'un bleu turquoise éblouissant.

 

101229 (7)101229

101229 (17)101229 (13)

 

 

101229 (156)

 

101229 (153)

 

Difficile de conduire avec un oeil sur la route et un autre sur le paysage ; du coup, je ne verrai pas les Ducasse que nous croiserons et qui eux nous reconnaitrons, puisqu'ils ont déjà vu le paysage et que donc, ils ont un oeil sur la route et un oeil sur les gens d'en face...
La route monte vers un cirque d'où il semble n'y avoir aucune issue.

 

101229 (29)

Nous empruntons un tunnel vertigineux qui descend à travers les entrailles de la montagne. C'est inhabituel et assez impressionnant ce tunnel en forte pente (ce le sera encore plus au retour). Ce tunnel nous mène dans la vallée qui nous conduit à Milford Sound. Arrivé là-bas, on a le choix entre la découverte du fjord en avion, en bateau, ou en hélicoptère (il n'y a malheureusement pas de solution gratuite à pied). Pour des raisons exclusivement environnementales et pour ne pas alourdir notre bilan carbone déjà catastrophique (qui à dit radins ??!!!???), nous optons pour la balade en bateau (après le typique, après l'aventurier, l'écologique, c'est mon nouveau dada pour trouver des économies...).

101229 (57)

 

Nous embarquons au fond du fjord et le remontons jusqu,à son embouchure. Il faut bien reconnaître que sa réputation n'est pas usurpée.

 

101229 (61)

 

Tout n'est qu'a-pics tombant dans l'eau,

 

101229 (66)

 

cascades spectaculaires,

 

101229 (124)

 

murs végétaux luxuriants,

 

101229 (81)

 

pics couvert de végétation surplombant l'onde.

 

101229 (117)

 

On ne sait pas où donner de la tête. Les appareils photo crépitent (toujours la tactique de la statistique : prends 1000 photos, il en restera bien 3 ou 4 de jolies). Le pilote du bateau, un grand farceur, s'avance sous une cascade et tous les passagers dehors à la proue du bateau sont trempés. Certains, organisés, ont un change, d'autres font la grimace, ils n'avaient visiblement pas été prévenus de ce qu'ils venaient de vivre. Heureusement qu'on n'était pas devant, on aurait fait partie de la deuxième catégorie.
Pendant le trajet retour, les nuages s'accrochent de plus en plus aux sommets, les couleurs s'estompent. En contrepartie, les nuages jouent avec le soleil et nous offrent de jolies gradations de lumière. Comme me l'a enseigné mon grand-père, c'est le moment de passer aux photos noir et blanc.

 

101229 (131)

 

101229 (133)

 

A quelques minutes de l'arrivée, Mathilde aperçoit un couple de dauphins. ils font des sauts, des cabrioles avec une synchronisation exceptionnelle. On est tellement surpris et heureux de les voir (des mois qu'on attend ce moment) qu'on ne pense pas à les photographier. Quand enfin, on se décide à dégainer, trop tard, eux décident de nous montrer seulement leur aileron dorsal et de ne plus sortir de l'eau. Tant pis, ce moment si éphémère fut-il, a été magique et à clos de la plus belle des manières une bien belle journée en Nouvelle-Zélande.

 

101229 (143)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

famille de cara 07/01/2011 16:58


bonne année la famille Fourcade.......beaucoup de bonheur, de belles rencontres, de beaux paysages et pleins de bons souvenirs à vous faire pour cette année 2011!
Quel plaisir pour les yeux votre voyage!
bisous à vous 5!
Laurenne & Fred


carole 14/01/2011 03:42



Bonne annee pour vous tous aussi. Bisous



XILBI 07/01/2011 08:33


Zut, je me rends compte que j'ai lu l'article, que j'ai admiré les superbes photos et que je n'avais mis aucun commentaire...c'est pô bien...moi qui avais pris de bonnes résolutions cette
année...ne plus être adepte de la procrastination (j'adore ces mots alambiqués !!! LOL). Bref, cette virée au Milforf Sound est mythiqye et en fait rêver plus d'un....on fait partie du lot !!! Donc
merci pour les photos qui nous font voyager et découvrir un pays superbe....nos amis rentrent aujourd'hui de NZ....on attend leurs commentaires et photos avec impatience !! Bonne continuation.


carole 14/01/2011 03:37



Bon pour le com en retard on ne t en veut pas 


Alors comment tes amis ont trouve la NZ ??? Nous on a vraiment trouve ca tres tres beau, quand la pluie n etait pas de la partie c etait vraiment fabuleux, mais le
temps a ete trop incertain et ne nous a pas permis d en apprecier toutes les beautes. Dommage car c est tres loin et je ne pense pas que nous referons le voyage depuis la France.



marie 06/01/2011 21:47


je rajouterai la devise d'hawai NO RAIN NO RAINBOW


carole 07/01/2011 06:05



ça c'est comme "mariage pluvieux, mariage heureux !" c'est pour faire passer la pilule



Camille 03/01/2011 16:41


Je vous laisse méditer sur ce dicton très compliqué à comprendre et pas du tout cucu : "La vie est comme un arc-en-ciel : il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs" ! Belle
nouvelle année !


carole 07/01/2011 06:04



C'est un peu cucul...mais c'est tellement vrai !!!


Bonne année



Laurent 03/01/2011 10:00


Et Frodon, vous l'avez vu sur son canoé??


carole 07/01/2011 06:02



eh non !!! Pourtant on l'a cherché, mais il est trop petit !!!



Nuevo ! traduccion en espanol

Catégories